NOUVELLES

Renzi: l'Europe, pas seulement l'Italie, a besoin de "spending review"

07/04/2014 04:04 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

Toute l'Union européenne, et pas seulement l'Italie, a besoin de se soumettre à une "spending review" (examen global des dépenses, ndlr) et personne au sein de l'Union européenne "ne peut faire le fier", écrit lundi le président du Conseil Matteo Renzi, dans une tribune.

"Après ma récente tournée dans les capitales de l'Union européenne, et à quelques mois du démarrage de la présidence italienne, la tentation est forte de souligner que ce n'est pas nous seulement qui avons besoin de la spending review" en Europe, affirme le nouveau chef du gouvernement italien, qui s'est rendu à Paris, Berlin, Londres et Bruxelles.

L'examen des dépenses de l'Etat en vue de leur contrôle et de leur réduction est l'un des axes du gouvernement Renzi: il vise notamment à supprimer certains privilèges de la classe politique.

Dans une courte lettre adressée à Il Messaggero, et que le quotidien romain publie en première page, Matteo Renzi, 39 ans, affirme s'exprimer "non par esprit de revanche, mais par amour de la vérité".

"En somme, personne ne peut faire le fier. Nous, nous faisons notre part, à partir justement de la réduction des gaspillages et des privilèges, notamment des coûts de la politique", souligne-t-il.

L'Italie "respecte les contraintes communautaires mais travaille à construire une autre Europe", a-t-il souligné.

Le gouvernement français cherche aussi à faire des économies sur les dépenses des administrations pour réduire le déficit public, mais, comme en Italie, les projets de coupes se heurtent à des résistances nombreuses.

jlv/lrb/ros

PLUS:hp