NOUVELLES

Koweït: un ministre accusé de soutien aux jihadistes reste en place

07/04/2014 02:35 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

Le ministre koweïtien de la Justice et des Affaires islamiques, accusé par un responsable américain de soutien financier à des jihadistes, a indiqué que sa démission avait été rejetée

"Je reste à mon poste", a déclaré Nayef al-Ajmi au quotidien Al-Qabas paraissant lundi, précisant qu'il le faisait à la demande du "leadership politique", ce qui signifie l'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah.

M. Ajmi avait déclaré vendredi avoir mis sa démission à la disposition du gouvernement.

Le gouvernement koweïtien avait récusé la semaine dernière les accusations américaines contre M. Ajmi et lui avait renouvelé sa confiance.

"Le gouvernement a pris note avec mécontentement des accusations d'un responsable américain portant préjudice au ministre de la Justice et des Affaires islamiques", avait indiqué le cabinet koweïtien dans un communiqué.

Le communiqué faisait référence à des déclarations faites il y a près d'un mois par David Cohen, sous-secrétaire au Trésor chargé des affaires liées au terrorisme et au renseignement financier, affirmant que le choix de M. Ajmi pour le poste ministériel était "un pas dans la mauvaise direction".

"Ajmi a un passé de promoteur du jihad en Syrie (...) Son portrait a orné des posters de collecte de fonds d'un important financier du Front al-Nosra", formé de jihadistes liés à Al-Qaïda, a déclaré M. Cohen dans une conférence.

Des extraits de ses déclarations ont été publiés par les médias du Koweït, un proche allié des Etats-Unis.

Le gouvernement koweïtien avait indiqué que M. Ajmi s'était expliqué devant le cabinet et nié catégoriquement les accusations portées contre lui.

Ancien vice-doyen de la faculté des sciences islamiques de l'Université de Koweït, M. Ajmi avait été nommé ministre en janvier dernier.

oh/lyn/mh/hj

PLUS:hp