POLITIQUE

#electionsqc2014: analyse de la campagne vue par la twittosphère

07/04/2014 11:30 EDT | Actualisé 07/04/2014 11:47 EDT
Shutterstock

La campagne électorale a gazouillé tant dans les médias traditionnels que sur Twitter, ce printemps. Frédéric Verreault, vice-président et associé chez TACT Intelligence-conseil, a analysé les comportements des internautes sur les réseaux sociaux et l'augmentation du nombre d'abonnés de chaque parti. Voici un récapitulatif de la campagne en quelques graphiques.

Le Parti libéral du Québec a légèrement rattrapé son retard, côté réseaux sociaux. Plutôt inactif lors de la campagne 2012, le compte Twitter du PLQ s'est activé ce printemps et a connu une croissance de ses abonnés à la hauteur de 27%. Son nombre d'abonnés (22 200) reste toutefois bien loin derrière le Parti québécois (36 000) et Québec solidaire (31 200), dont les abonnés ont cru de 11% et de 10% respectivement.

Philippe Couillard, élu chef du PLQ en mars 2013, a vu ses abonnés augmenter de 45% pour atteindre 20 000 en date du 7 avril 2014, un score qui reste toujours bien loin de ses homologues Françoise David (36 600 abonnés) et François Legault (38 600 abonnés). La chef péquiste Pauline Marois ne possède pas de compte Twitter.

Les arrivées de Gaétan Barrette dans le camp libéral et de Pierre Karl Péladeau dans le camp péquiste ont suscité les plus vifs débats sur la twittosphère. Or, l'arrivée de #PKP a généré presque six fois plus de tweets dans les deux premiers jours que celle du candidat de La Pinière.

Reste que les réseaux sociaux constituent une source d'information encore marginale, révèle une enquête CROP/TACT. La source d'information privilégiée des électeurs reste la télévision (53%), bien devant Internet (15%) et les journaux quotidiens (11%).

> Élections 2014: les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne.

INOLTRE SU HUFFPOST

Analyse de la campagne électorale du 5 mars au 7 avril 2014