NOUVELLES

Québec solidaire ne prendra pas la responsabilité d'un échec péquiste

06/04/2014 01:17 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

Le Parti québécois n'aura qu'à s'en prendre à lui-même en cas de déconfiture le 7 avril, selon la co-porte-parole de Québec solidaire, Françoise David.

Elle n'accepte pas qu'on accuse Québec solidaire de diviser le vote souverainiste et de favoriser ainsi l'élection d'un gouvernement libéral. 

« Lorsqu'un parti connaît des heures difficiles, il vaut bien mieux qu'il se questionne sur son propre comportement que sur celui des autres », a-t-elle dit lors d'un bilan de campagne à Montréal, dimanche. Selon elle, le PQ devrait réévaluer « ses positions, ses stratégies, son fonctionnement ». 

« On est en démocratie. Québec solidaire ne s'est jamais excusé d'exister. Ce n'est pas aujourd'hui qu'on va commencer. » Elle ajoute que si le PQ n'est pas content de la tournure des évènements, il n'a qu'à remettre à son programme la réforme du mode de scrutin vers un système proportionnel. 

Mme David a aussi estimé que Québec solidaire avait fait progresser le débat sur la souveraineté, en parlant ouvertement de son projet. « Si les gens craignent la division du vote souverainiste, qu'il vote pour nous! »

Elle s'est défendue d'avoir été plus dure à l'endroit de Pauline Marois qu'envers les autres chefs. « On a un certain sens de la justice à Québec solidaire, ce qui fait que nos attaques ont été plutôt bien réparties. Dans les 18 derniers mois, c'était le Parti québécois qui formait le gouvernement. C'était tout à fait normal que nous le questionnions sur son bilan, de la même façon que nous l'avons fait en 2012 face au gouvernement de M. Charest. »

QS croit pouvoir faire élire plus de deux députés

Par ailleurs, Québec solidaire croit pouvoir faire élire plus de deux députés à Montréal le jour du vote. Laurier-Dorion, Sainte-Marie-Saint-Jacques et Hochelaga-Maisonneuve font parte des circonscriptions visées.

Lors de la dernière élection, en 2012, seuls deux députés solidaires ont été élus sur 125 sièges.

Québec solidaire croit également pouvoir faire des gains à l'extérieur de la métropole. « Sur le terrain en région, particulièrement dans les villes régionales - je pense à Rimouski, Rouyn-Noranda, Sherbrooke, Saguenay et bien sûr à certains quartiers centraux de Québec - nous nous attendons demain soir à faire des percées significatives », dit Mme David.

Québec solidaire s'est doté pour la première fois cette année d'un autocar de campagne afin de parcourir la province.

Mme David aurait aimé que plus de journalistes montent à bord, afin d'augmenter la visibilité du parti dans les régions. Elle croit cependant que le scrutin de lundi pourrait créer des surprises et que de toute façon le travail se poursuivra après le 7 avril.

Québec solidaire a rappelé qu'il n'avait aucunement l'intention de s'allier à un autre parti, souverainiste ou fédéraliste. Mais il continuera de travailler avec les autres formations lorsque celles-ci proposeront des projets en phase avec ses valeurs, a indiqué la députée et candidate dans Gouin.

PLUS:rc