NOUVELLES

Libye: un groupe jihadiste veut insataurer la justice selon la loi islamique à Derna (est)

06/04/2014 09:38 EDT | Actualisé 06/06/2014 05:12 EDT

Un nouveau groupe jihadiste a annoncé dimanche qu'il allait assurer la sécurité dans la ville de Derna, fief d'islamistes radicaux dans l'est de la Libye, et d'y instaurer la justice selon la loi islamique, dans un communiqué sur sa page Facebook.

Vendredi, ce groupe nommé "Majless Choura (Conseil consultatif) des jeunes de l'islam à Derna", a fait une démonstration de force dans la ville, en paradant dans les rues, selon des témoins.

Sur des photos publiées sur la page Facebook du groupe, on peut voir des dizaines d'hommes cagoulés vêtus d'uniformes militaires à bord de pick-up, armés de lance-roquettes RPG, de mitraillettes et canons antiaériens et brandissant le drapeau noir et blanc des jihadistes.

"Nous annonçons la formation d'une commission légale pour régler les différends et réconcilier les gens par le biais de la Charia (loi islamique)", a indiqué le groupe dans son communiqué.

Il annonce aussi qu'il va sécuriser la ville, affirmant rejeter les "lois des mécréants" et les "institutions qui violent les lois de Dieu".

"Et nous déclarons notre hostilité aux ennemis de Dieu et son prophète: les juifs, les chrétiens et les taghouts (forces maléfiques)", ajoute le groupe.

"Taghout" est un terme utilisé régulièrement par les groupes jihadistes pour désigner les institutions de l'Etat et les services de sécurité en particulier.

Les institutions de l'Etat sont totalement absentes de la ville de Derna où des groupes islamistes radicaux font la loi depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Même s'ils sont au chômage forcé, les juges et membres des services de sécurité sont régulièrement les cibles d'assassinats dans cette ville abandonnée à son sort par les autorités de transition qui n'ont jusqu'ici pas réussi à former une police et une armée professionnelles.

Le 20 mars, le gouvernement avait reconnu pour la première fois l'existence de "groupes terroristes" sur le territoire et annoncé une mobilisation de ses forces de sécurité pour les éradiquer.

Il a appelé par ailleurs la "communauté internationale et les Nations unies en particulier à fournir l'appui nécessaire pour éradiquer le terrorisme", citant en particulier les villes de Derna, Benghazi (est) et Syrte (centre).

Toutefois, aucune mesure concrète n'a été entreprise depuis.

bra-ila/feb

PLUS:hp