NOUVELLES

Le gouvernement malien démissionne

06/04/2014 04:17 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT

Le premier ministre du Mali, Oumar Tatam Ly, a remis la démission de son gouvernement. Le président de la République a nommé le ministre sortant de l'Urbanisme et de la Politique de la ville, Moussa Mara, pour le remplacer.

Cette démission survient seulement sept mois après que M. Ly a été nommé premier ministre à la suite de l'élection du président, Ibrahim Boubacar Keïta.

M. Ly a invoqué des divergences avec le chef de l'État, « des dysfonctionnements et des insuffisances ».

« Ibrahim Boubacar Keïta, président de la République et chef de l'État, a mis fin aux fonctions d'Oumar Tatam Ly, premier ministre et chef du gouvernement, après l'annonce de la démission du gouvernement le 5 avril 2014 », a-t-il déclaré, donnant lecture d'un communiqué.

M. Mara est chargé de former un nouveau gouvernement, a annoncé samedi soir un porte-parole de la présidence à la télévision publique. Aucune échéance n'a été fixée pour l'annonce de la composition de son gouvernement.

Moussa Mara est le fils de l'ancien ministre de la Justice Joseph Mara. Ce dernier a été emprisonné pendant cinq ans à la fin des années 70, sous la dictature de Moussa Traoré.

Moussara Mara s'est présenté contre « IBK » au premier tour de l'élection présidentielle, en août sous la bannière du parti Yelema, qu'il avait fondé en 2010. Il n'avait remporté que 1,5 % des suffrages.

Un lent processus de réconciliation

M. Ly s'était engagé à restaurer l'unité du Mali, dont la moitié nord a été occupée par des mouvements djihadistes qui ont tiré parti du chaos après le coup d'État de mars 2012.

La France, ancienne puissance coloniale, est intervenue militairement en janvier 2013 pour les chasser.

Le conflit a provoqué de nouvelles tensions entre les communautés touareg, arabes et noires. Environ 500 000 personnes ont été déplacées par la rébellion. 

Dimanche, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian a déclaré que le processus de réconciliation n'avance « pas assez vite ». Quinze mois après le début de l'intervention militaire de la France, les négociations entre le gouvernement malien et les différents groupes armés piétinent, chaque groupe accusant l'autre de ne pas respecter ses engagements. « Le processus de réconciliation est impérieusement nécessaire pour garantir l'intégrité du Mali, la paix et le développement », a déclaré M. Le Drian.

PLUS:rc