DIVERTISSEMENT

Rudy Barichello donne vie à son Samuel Beckett

05/04/2014 10:24 EDT | Actualisé 05/04/2014 10:24 EDT
TVA-Films

Le deuxième long métrage en anglais de Rudy Barichello, Meetings With A Young Poet, est un véritable hommage à Samuel Beckett, le célèbre dramaturge et prix Nobel de littérature. En imaginant la rencontre d’un jeune artiste avec le fameux écrivain d’origine irlandaise, le réalisateur italo-montréalais nous parle de livres, d’art et surtout d’amitié.

Avant de s’atteler à la pellicule, le bourlingueur cinéaste de 56 ans a roulé sa bosse dans la publicité, mais surtout au sein du Cirque du Soleil où il dirigera la maison de production de Franco Dragon durant de nombreuses années. Des courts métrages et un premier film remarqué (Dans l’œil du chat), le voilà dix ans plus tard avec son nouveau film en salles depuis hier.

Barichello ne s’en cache pas. Il voue depuis son adolescence un véritable culte à Beckett. «J’avais 16 ans lorsque j'ai lu En attendant Godot, explique-t-il en entrevue téléphonique. J’ai été bouleversé. J’ai ensuite lu toutes ses œuvres. C’est un auteur qui n’a cessé depuis de m’habiter.»

Le réalisateur a toujours nourri le rêve de mettre en scène l’écrivain qu’il admire afin de faire partager sa passion pour l’homme des lettres. Toutefois, faire un film sur Samuel Beckett s’est avéré compliqué. D’abord, la succession ne donne aucune autorisation quant à l'utilisation des ses écrits. «Les ayants droit qui se prennent pour des grands prêtres ont fait de l’écrivain, une idole intouchable, lance-t-il encore choqué. On ne peut pas utiliser ses mots ni s’en inspirer sans risquer des poursuites. Il a donc fallu aborder sa vie d’une façon détournée.»

Pour éviter tout problème, Barichello imagine avec le scénariste Marcel Beaulieu une fiction dans laquelle Beckett rencontre dans un café parisien, un jeune homme qui va devenir son ami. «Ce film est l’occasion de faire découvrir l’être humain derrière son œuvre. Les livres de l’auteur dressent le portrait d’une société absurde où le désespoir n’est jamais loin. Cependant, Beckett aimait aussi répéter que la vie est un accomplissement et qu’il faut bien nous lever chaque matin pour faire ce que nous avons à faire», raconte-t-il.

On ne peut s’empêcher de penser qu’il y a un peu du réalisateur dans ce Paul Susser, le personnage fictif interprété par Vincent Hoss-Desmarais qui rencontre l’écrivain. «On s’est manqué de plusieurs décennies, rappelle-t-il en riant. Cela ne m’empêche pas de le considérer à mon tour comme un véritable ami.»

Meetings With A Young Poet (Rencontres avec un jeune poète) – TVA-Films – Drame – 85 minutes – Sortie en salles le 4 avril 2014 – Canada, Québec.

INOLTRE SU HUFFPOST

Rudy Barichello donne vie à son Samuel Beckett