NOUVELLES

Présidentielle afghane: Karzaï appelle à "défier" les talibans en votant

05/04/2014 01:30 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

Le président afghan Hamid Karzaï a appelé samedi les Afghans à "défier" les menaces des talibans et à participer massivement au premier tour de l'élection qui doit désigner son successeur.

M. Karzaï a voté peu avant 08H00 (03H30 GMT) dans une école de la capitale afghane, suivi par les trois favoris à sa succession.

Contrairement à la dernière élection présidentielle, en 2009, aucune violence n'était signalée près de trois heures après l'ouverture des bureaux de vote dans ce scrutin que les talibans ont promis de "perturber".

"Nous vivons un jour important pour notre avenir, pour l'avenir de notre pays", a-t-il déclaré. "J'appelle le peuple afghan à se rendre dans les bureaux de vote, malgré la pluie, le froid et les menaces des ennemis (...) pour permettre à ce pays de franchir une nouvelle étape sur la voie de la réussite".

"J'ai voté, je suis heureux et fier d'être un citoyen afghan".

Trois menaces pèsent sur cette élection indécise: les attaques des talibans qui ont juré de tout faire pour la "perturber", ainsi que les fraudes et l'abstention qui avaient été très importantes lors de la précédente présidentielle, en 2009.

Huit candidats sont en lice pour succéder à M. Karzaï, seul homme à avoir dirigé ce pays pauvre et enclavé de quelque 28 millions d'habitants depuis la chute des talibans en 2001 et à qui la Constitution interdit de briguer un troisième mandat.

Trois de ses anciens ministres se sont clairement imposés comme favoris: Zalmai Rassoul, considéré comme le candidat du président sortant, Ashraf Ghani, un économiste réputé, et Abdullah Abdullah, opposant arrivé en seconde position lors de la présidentielle de 2009.

Tous trois ont voté dans la matinée à Kaboul. "C'est un jour de fierté pour tous les Afghans", a déclaré aux journalistes M. Ghani, 64 ans, dans un bureau de vote de Kaboul.

"La participation massive des Afghans est un message clair que leur détermination à bâtir un avenir meilleur ne sera pas affectée par les menaces de nos ennemis", a dit cet universitaire et économiste internationalement respecté, arrivé en quatrième position au premier tour de l'élection de 2009 (2,94%).

"Ceux qui pensent pouvoir frauder seront écartés", a-t-il poursuivi. "Si Dieu le veut, nous seront les vainqueurs".

Les résultats préliminaires de ce premier tour seront connus le 24 avril, avant un possible deuxième tour le 28 mai.

us-eg/gl/jh

PLUS:hp