POLITIQUE

«Il y a de moins en moins de Québécois coincés», dit Legault (VIDÉO)

05/04/2014 10:33 EDT

François Legault estime que de moins en moins d'électeurs se sentent « coincés » entre le Parti libéral et le Parti québécois. Le chef de la CAQ croit qu'ils seront nombreux à voter pour son équipe lundi.

« Moi, ce que je veux, c'est que la tendance se maintienne. Ce qu'on voit, c'est qu'il y a de moins en moins de Québécois coincés. Ce que je souhaite, c'est que ceux qui sont encore un peu coincés, qu'ils se décoincent. »

— François Legault

François Legault, en conférence de presse à Montréal, s'est réjoui avec prudence des résultats du dernier sondage réalisé pour le compte du Journal de Montréal. Ce sondage montre un changement de tendance dans les intentions de vote. Les libéraux de Philippe Couillard sont toujours en avance, mais une remontée de la Coalition avenir Québec vient brouiller les cartes et transforme la fin de campagne en une lutte à trois dans les circonscriptions francophones.

Le sondage publié samedi répartit ainsi les intentions de vote à l'échelle nationale :

Dans les sondages précédents, la CAQ obtenait moins de 20 % des intentions de vote.

Le sondeur Jean-Marc Léger prévient que trois facteurs d'incertitude demeurent : 25 % des gens disent qu'ils peuvent encore changer d'idée; on ignore si la remontée de la CAQ est terminée et on ignore quel sera le taux de participation lundi.

« En termes de pourcentage, l'avance libérale est importante, mais en nombre de sièges, c'est beaucoup moins certain », analyse le sondeur Jean-Marc Léger dans le Journal de Montréal.

Selon François Legault, la situation s'est probablement encore améliorée pour lui depuis le moment où le sondage a été réalisé.

« Ce sont des sondages qui sont très vieux. Ils datent du 2 et 3 avril. On est rendu le 5, donc ça a beaucoup évolué depuis ce temps là. »

— François Legault

M. Legault est-il satisfait de la campagne qu'il a menée jusqu'ici? C'est la population qui lui donnera son bulletin de notes lundi, dit-il. Pour l'instant, il estime avoir tout donné. « Maintenant, c'est aux Québécois de décider. »

Il reste deux jours, dit Marois

Questionnée sur le sondage qui confirme la tendance à la baisse du Parti québécois dans les intentions de vote, Pauline Marois assure « maintenir le cap ».

« Rien n'est joué, tout est possible. Je vais travailler avec les militants pour que nous sortions notre vote. Je suis confiante que nous allons l'emporter lundi soir. »

Il lui reste deux jours pour aller à la rencontre des électeurs avec ses militants et les convaincre que le PQ a « l'équipe la plus compétente pour la santé, la culture, l'éducation et défendre la langue », dit-elle. « Une équipe qui a fait ses preuves », ajoute la chef péquiste.

Méthodologie

1220 répondants ont participé à ce sondage les 2 et 3 avril. Réalisé par Internet, ce coup de sonde n'a pas de marge d'erreur.

INOLTRE SU HUFFPOST

La campagne électorale en citations