POLITIQUE

Être candidat dans des châteaux forts d'autres partis

05/04/2014 07:50 EDT | Actualisé 05/06/2014 05:12 EDT
PC

Traditionnellement, on les appelle des « candidats-poteau ». Ils font campagne à contre-courant, dans des châteaux forts d'autres partis. Mais ceux et celles que nous avons rencontrés ne se sentent pas du tout comme des candidats fantômes.

Un reportage de Anne-Louise Despatie Twitter Courriel

Ils et elles tentent de convaincre les électeurs avec pas ou peu d'affiches et veulent porter des idées dans une circonscription qu'ils aiment bien. Certains les considèrent comme des « candidats sacrifiés » ou absents dans des circonscriptions où les élections sont perdues d'avance pour eux. D'autres trouvent qu'ils sont courageux de faire du porte-à-porte en zone hostile.

Nous avons rencontré quatre jeunes candidats qui ont tous en commun de représenter un parti qui est arrivé quatrième aux élections de 2012 dans leur circonscription. Pour deux d'entre eux, c'est même une deuxième expérience à titre de candidat.

Voici leurs portraits.

  • Mélissa Desjardins, Québec solidaire, Westmount-Saint-Louis (contre le député libéral sortant Jacques Chagnon) - 29 ans

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.

  • David Provencher, Parti libéral du Québec, Hochelaga-Maisonneuve (contre la députée péquiste sortante Carole Poirier) - 29 ans

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.

  • Paul Franche, Coalition avenir Québec, Gouin (contre la députée solidaire sortante Françoise David) - 29 ans

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.

  • Olivier Sirard, Parti québécois, Notre-Dame-de-Grâce (contre la députée libérale sortante Kathleen Weil) - 24 ans

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

La campagne électorale en citations