INTERNATIONAL

L'Afghanistan vote, entre peur et espoir

04/04/2014 06:22 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
A child pulls a rope which keeps Afghan women in line queuing to get their registration card on the last day of voter registration for the upcoming presidential elections outside a school in Kabul, Afghanistan, Tuesday, April 1, 2014. Elections will take place on April 5, 2014. (AP Photo/Anja Niedringhaus)

C'est probablement l'élection la plus dangereuse qui soit. L'Afghanistan va-t-il réussir la première transition démocratique de son histoire lors du scrutin du 5 avril?

Un reportage de Marie-Ève Bédard, envoyée spéciale en Afghanistan Twitter Courriel

Assis en tailleur dans le stade de Kandahar, Haji Amanullah attend l'arrivée de son candidat favori, Ashraf Ghani. Le vieil homme est venu de la province voisine de Helmand, où les talibans sont toujours bien installés.

Il est heureux de voir la fin du gouvernement de Hamid Karzaï qui, selon la loi, ne peut solliciter un troisième mandat. « Hamid Karzaï est là depuis 12, 13 ans et nous n'avons toujours pas de canaux d'irrigation, il n'y a pas de sécurité au village, nous n'osons pas sortir de la maison. »

Le vieil Afghan n'est pas plus tendre à l'égard de la communauté étrangère. Tous les milliards investis dans le développement et la sécurité de son pays n'ont eu aucun impact sur son existence.

Négocier avec les talibans

À ses côtés, Haji Bakhlool croit qu'il est temps d'élire à la tête du pays un homme qui saura apaiser les talibans, plutôt que de les combattre. Il les appelle d'ailleurs « les frères mécontents »comme plusieurs ici.

Autour d'eux, la foule devient de plus en plus dense. Le dispositif de sécurité est colossal. L'armée, la police et des milices privées fouillent systématiquement chaque nouvel arrivant.

Voter malgré la peur…

Les dernières semaines de la campagne ont été marquées par la violence. Attentats-suicides, enlèvements et assassinats; ces attaques des talibans qui appellent leurs partisans à boycotter le vote présidentiel se sont multipliées partout au pays.

Mais elles n'ont pas réussi à atténuer la fièvre électorale qui s'est emparée d'une bonne partie du pays. Jusqu'à 75 % des électeurs disent avoir la ferme intention de se rendre aux urnes ce samedi, selon un récent sondage. Et ce, même si beaucoup sont convaincus que l'élection sera minée par la tricherie.

… et les ratés

Jusqu'au dernier instant, hommes et femmes, chacun de leur côté, ont fait la queue pour obtenir leur carte d'électeur. L'attente s'est faite longue et les problèmes se sont révélés nombreux.

Dans un centre d'enregistrement du quartier de Karteh Seh, certaines cartes ont été émises sans la photo règlementaire de l'électeur à la suite d'une panne temporaire. Rien pour rassurer ceux qui redoutent les attentats et les manipulations frauduleuses des bulletins de vote.

Les femmes aussi

N'empêche. Estorai Manadai, tout sourire et carte fraîchement plastifiée en main, ne contient pas son enthousiasme. À 24 ans, elle exercera son droit de vote pour la première fois avec une priorité bien claire.

Nafissa Wardak, sa mère, hésite d'abord à nous parler. « Mon mari est pashtoune, vous comprenez, il est très conservateur », explique-t-elle.

Même avec la peur au ventre, elle ira voter coûte que coûte. « Un seul vote peut faire la différence dans l'avenir d'une personne. J'aime penser que mon vote va permettre à un candidat de l'emporter et d'accomplir quelque chose. »

L'inconnue de la sécurité le jour du vote

Difficile de prédire à quel point l'insécurité aura raison des intentions le jour du vote venu. La Commission électorale a déjà pris la décision de fermer 10 % des quelque 7000 bureaux de scrutin, surtout dans le sud du pays, par mesure préventive.

Quelque 350 000 soldats et policiers des Forces nationales de sécurité afghane assureront la sécurité. Ils seront appuyés par les forces de l'OTAN toujours déployées en Afghanistan.

La facture de cet exercice de la démocratie doit atteindre les 120 millions de dollars américains, une somme fournie par la communauté internationale. Si les élections sont un succès, crédibles et sécuritaires, elles marqueront une première transition démocratique du pouvoir dans l'histoire de l'Afghanistan. Un test crucial de la maturité du pays qui, après une douzaine d'années sous la tutelle internationale, doit de plus en plus s'affranchir.

L'Afghanistan en chiffres

Pour regarder l'infographie sur votre appareil mobile, cliquez ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Getty Images
    Afghan residents gather outside a closed voter registration center to try to receive their voter cards a day after registration ended for the forthcoming presidential election in the northwestern city of Herat on April 2, 2014. (BEHROUZ MEHRI/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan supporters run to get a good spot near the stage to see Afghan presidential candidate Abudullah Abdullah speak at an election rally on the last day of campaigning by presidential candidates on the outskirts of Kabul, April 2, 2014. (ROBERTO SCHMIDT/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    An Afghan election worker prepares to load plastic boxes containing election material onto a truck at a warehouse for polling stations in Kandahar on April 2, 2014. (BANARAS KHAN/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan election workers load plastic boxes containing election material onto a truck at a warehouse for polling stations in Kandahar on April 2, 2014. (BANARAS KHAN/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan women push wheelbarrows filled with jerry cans past electoral posters on a street in Kandahar on April 1, 2014. (BANARAS KHAN/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    An Afghan cyclist rides past a wall with an election-themed mural and slogan in Kandahar on April 1, 2014. (BANARAS KHAN/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan presidential candidate Abdullah Abdullah speaks with schoolgirls during a campaign rally at a stadium in the northwestern city of Herat on April 1, 2014. (Aref Karimi/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan supporters of presidential candidate Ashraf Ghani Ahmadzai wave flags bearing his image during an election rally at the Ghazi Stadium in Kabul on April 1, 2014. (WAKIL KOHSAR/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    A pigeon sits on the tri-colour Afghan flag during the campaign rally of presidential candidate Abdullah Abdullah at a stadium in the northwestern city of Herat on April 1, 2014. (BEHROUZ MEHRI/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    An Afghan man watches the crowd supporting presidential candidate Abdullah Abdullah during a campaign rally at a stadium in the northwestern city of Herat on April 1, 2014. (BEHROUZ MEHRI/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    An Afghan election worker sorts empty ballot boxes for distribution at a warehouse in Mazar-i-Sharif, before election material kits were sent to different polling stations around Balkh province in northern Afghanistan on April 1, 2014. (FARSHAD USYAN/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan schoolgirls stand onstage in front of their country\'s coat-of-arms as they prepare to sing the national anthem during a campaign event for Habiba Surabi, the second vice-president candidate running on the ticket of presidential candidate Zalmai Rassoul, at a local hall in Kabul on March 31, 2014. (ROBERTO SCHMIDT/AFP/Getty Images)
  • Getty Images
    Afghan presidential candidate Abdullah Abdullah (C) waves to supporters as he arrives for a political rally in Dashtak, Afghanistan, on March 31, 2014. (WAKIL KOHSAR/AFP/Getty Images)
  • AP
    An Afghan soldier (left) and a policeman peek through a window as they queue with others to get their registration card, on the last day of voter registration for the upcoming presidential elections, outside a school in Kabul, Afghanistan, Tuesday, April 1, 2014. (AP Photo/Anja Niedringhaus)
  • AP
    An Afghan woman sits on destroyed school benches as she waits to get her registration card on the last day of voter registration for the upcoming presidential elections outside a school in Kabul, Afghanistan, April 1, 2014. (AP Photo/Anja Niedringhaus)
  • AP
    A child pulls a rope which keeps Afghan women in line queuing to get their registration card, on the last day of voter registration for the upcoming presidential elections, outside a school in Kabul, Afghanistan, Tuesday, April 1, 2014. (AP Photo/Anja Niedringhaus)
  • AP
    An Afghan man waits to have his picture taken for his registration card, on the last day of voter registration for the upcoming presidential elections, outside a school in Kabul, Afghanistan, Tuesday, April 1, 2014. (AP Photo/Anja Niedringhaus)