NOUVELLES

Des dizaines de milliers de manifestants à Bruxelles contre l'austérité

04/04/2014 06:12 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé vendredi du centre de Bruxelles jusqu'au quartier européen pour dénoncer les politiques d'austérité en Europe à l'appel de la Confédération européenne des syndicats (CES), ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des incidents ont éclaté en fin de manifestation, les forces de l'ordre utilisant un canon à eau et des gaz lacrymogènes pour éloigner les manifestants des bâtiments de la Commission européenne.

Des militants de toute l'Europe, notamment de France, de Pologne et d'Allemagne, étaient présents dans le cortège syndical où l'on remarquait également, en petit nombre, des salariés grecs.

Les manifestants ont réclamé une Europe plus sociale. "Mesures d'austérité = pauvreté durable", "People, not profit", pouvait-on entre autres lire sur les calicots des manifestants

"Notre message est simple mais c'est un message que les responsables européens ne veulent pas entendre. Notre message est que leurs politiques en réponse à la crise financière ne suffisent pas et ont en réalité aggravé la crise sociale et économique. Notre message est que l'austérité ne fonctionne pas", a expliqué la secrétaire générale de la CES, Bernadette Segol.

L'objectif du rassemblement est "d'offrir une nouvelle voie à l'Europe, sans austérité mais avec des investissements forts pour une croissance durable et des emplois de qualité", a commenté de son côté Emanuela Bonacina, porte-parole de la CES, qui veut appeler les citoyens à voter le 25 mai "pour des candidats qui changeront la façon dont l'UE est dirigée".

Plus de 26 millions d'Européens sont sans emploi. Il y a 10 millions de chômeurs de plus qu'en 2008, et dans 18 des 28 pays de l'UE les salaires réels ont chuté, font remarquer les syndicats européens. "La situation des jeunes est pire encore: 7,5 millions de jeunes Européens ne travaillent pas, ne suivent pas d'études ou de formation. Nombreux sont ceux parmi les plus éduqués et les plus entreprenants qui tout simplement désertent leur pays d'origine pour chercher du travail ailleurs", a souligné Mme Segol en évoquant le risque d'une "génération perdue".

siu-aje/cel/fw

PLUS:hp