NOUVELLES

Chili/séisme: vers un retour à la normale dans le nord du pays

04/04/2014 02:01 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

Les régions du nord du Chili revenaient à la normale vendredi avec le rétablissement progressif des services de base après le violent séisme de mardi suivi de fortes répliques qui ont contraint à l'évacuation de la zone côtière.

La présidente chilienne Michelle Bachelet a réorienté ses priorités pour les mois à venir en raison du tremblement de terre. "L'effort du gouvernement porte sur le retour à la normalité" dans la région, a notamment déclaré le porte-parole du gouvernement, Alvaro Elizalde.

Dans la ville d'Arica, plus de 90% de l'approvisionnement en électricité a été rétabli tandis que dans la région de Tarapaca, en particulier dans la ville d"Alto Hospicio, l'électricité était seulement rétablie à moins de 50%, a précisé le ministre de l'Energie, Maximum Pacheco.

La distribution d'eau s'est normalisée dans plus de 80% des quartiers d'Iquique et Alto Hospicio, les villes les plus touchés par les secousses. Les dommages des derniers jours n'ont pas encore été quantifiés mais quelque 2.500 logements sociaux ont été sévèrement endommagés à Alto Hospicio.

M. Pacheco a précisé que la présidente Bachelet avait "sollicité qu'un diagnostic des dommages permanents soit établi afin d'entamer la phase de reconstruction".

Selon le général Miguel Alfonso, qui supervise la zone de la catastrophe, la région jouit désormais d'un ravitaillement normal qui permet d'assurer la distribution de vivres et de carburant pour les 20 prochains jours.

Mais face à la peur et l'incertitude de ces derniers jours, "la population en est venue à une surconsommation de nourriture de base ce qui a provoqué une hausse des prix", a ajouté le général Alfonso sur Radio Cooperativa.

Face à une inflation incontrôlée des tarifs de certains produits, dont le pain et l'eau parfois vendus le double du prix habituel, les autorités du nord du Chili ont ordonné l'arrestation de tout commerçant qui s'aviserait de spéculer.

Une alerte sanitaire a également été décrétée dans les régions touchées, ce qui permettra selon le ministre de la Santé Helia Molina "de faciliter les ressources et l'achat de médicaments".

La région a été successivement secouée par deux forts séismes de 8,2 de magnitude mardi soir et 7,6 mercredi soir, faisant six morts et provoquant l'évacuation de près d'un million de personnes. Des alertes au tsunami ont été lancées avant d'être rapidement levées.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une nouvelle réplique d'une magnitude de 6,1 a été ressentie dans la même zone sans donner lieu à une alerte au tsunami et sans faire de victimes, a annoncé le Centre sismologique national chilien.

bur-ms/ag/mr

PLUS:hp