NOUVELLES

Ban condamne les "atrocités épouvantables" en Centrafrique

04/04/2014 07:36 EDT | Actualisé 04/06/2014 05:12 EDT

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné vendredi à Prague des "atrocités épouvantables contre les civils" en République centrafricaine (RCA) qui traverse une crise sans précédent avec des violences interreligieuses et environ un million de personnes déplacées.

"Je suis profondément troublé par les atrocités épouvantables perpétrées contre les civils (en Centrafrique)", a déclaré M. Ban, au cours d'une conférence de presse dans la capitale tchèque.

Selon lui, l'Union européenne, l'Union africaine et les Nations unies devraient "oeuvrer ensemble pour établir la paix et la stabilité" dans ce pays riche en diamants et en or, et où plusieurs centaines de milliers de personnes souffrent de la faim, selon les agences humanitaires de l'ONU.

"La Centrafrique constitue l'une de mes priorités (et) sera ma priorité permanente", a déclaré le chef de l'ONU.

Selon un communiqué de l'ONU diffusé lundi, M. Ban préconise de "dresser rapidement une liste d'individus qui compromettent la paix, la stabilité et la sécurité" en RCA afin qu'ils puissent être sanctionnés, comme le prévoit la résolution 2127 du Conseil de sécurité adoptée en décembre dernier.

Plus tard dans la journée, M. Ban a déclaré aux média tchèques qu'il avait demandé au Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka d'examiner la participation de Prague à une opération de maintien de la paix envisagée par l'ONU en République centrafricaine.

"J'apprécie beaucoup la proposition de la République tchèque de participer à l'opération de maintien de la paix de l'ONU au Mali. J'ai demandé au Premier ministre d'examiner une participation aux opérations de maintien de la paix en Centrafrique", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, dans un entretien à l'agence CTK et au journal Lidove Noviny.

Jusqu'à 12.000 militaires et policiers pourraient participer à cette opération, selon M. Ban cité par CTK.

De son côté, le ministre tchèque de la Défense, Martin Stropnicky a promis de se pencher sans tarder sur ce dossier, avec le ministère des Affaires étrangères et l'état-major de l'armée tchèque.

"Il s'agit pour nous d'une nouvelle situation. Il faudra l'examiner de façon responsable, dans les jours qui viennent", a déclaré M. Stropnicky à l'agence tchèque.

Selon lui, le secrétaire général de l'ONU a mentionné dans ce contexte notamment l'envoi éventuel d'un hôpital de campagne tchèque et la participation de l'aviation de transport tchèque.

M. Ban, 69 ans, est par ailleurs attendu samedi au Rwanda.

frj-jma/ea/mr

PLUS:hp