NOUVELLES

Nigeria: la justice ordonne de rendre son passeport à l'ex-gouverneur de la Banque centrale

03/04/2014 09:30 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Un tribunal nigérian a considéré jeudi que les services de renseignements avaient enfreint la loi en retirant son passeport à l'ancien gouverneur de la Banque centrale Lamido Sanusi, ordonnant le paiement de dommages et intérêts et des excuses publiques.

M. Sanusi a été suspendu le 20 février, quelques mois avant la fin de son mandat à la tête de la banque centrale, peu après avoir demandé des comptes à la Société pétrolière nationale nigériane (NNPC) au sujet de 20 milliards de dollars de fonds publics manquants.

Quelques heures après cette annonce, M. Sanusi, de retour d'un sommet régional au Niger, s'était fait confisquer son passeport par des agents des services de renseignements à son arrivée à Lagos.

L'ex-gouverneur de la Banque centrale, qui considère que ses droits ont été enfreints, avait tout-de-suite porté plainte.

Lors d'une audience à la Haute cour fédérale de Lagos, le juge Ibrahim Buba a considéré que les actions du département des services d'Etat (DSS), qui retient le passeport de M. Sanusi, "sont condamnables" et a ordonné que le document soit immédiatement rendu à son propriétaire.

Le DSS "n'a pas le pouvoir de saisir un passeport de quelque citoyen que ce soit" sans respecter une procédure, a ajouté M. Buba.

Il a ordonné le paiement de 50 millions de nairas (300.000 dollars) de dommages et intérêts et la formulation d'excuses publiques à l'égard de M. Sanusi.

Les avocats du ministère de la Justice ont déclaré, pour la défense du DSS, que le passeport de M. Sanusi avait été saisi parce qu'il existe des preuves que celui-ci a financé "le terrorisme".

Selon M. Buba, cette accusation a été formulée par les avocats de l'Etat "après coup" puisque M. Sanusi n'a jamais fait l'objet d'aucune poursuite pour crime.

Selon le président nigérian Goodluck Jonathan, M. Sanusi a été limogé pour avoir commis des "imprudences" en matière de finances, ce que M. Sanusi a toujours nié.

L'action de M. Sanusi, qui a remis de l'ordre dans un secteur bancaire au bord de l'implosion et qui a stabilisé la monnaie du pays le plus peuplé et plus gros producteur de pétrole d'Afrique, a été saluée par de nombreux économistes nigérians et étrangers. Mais cela lui a valu, également, de puissants ennemis politiques.

str-bs/phz/cdc/jmc

PLUS:hp