NOUVELLES

Les pourparlers israélo-palestiniens dans une situation critique

03/04/2014 09:19 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Israéliens et Palestiniens s'accusent mutuellement de manquer à leurs engagements, accentuant chaque jour la crise qui risque d'enterrer le processus de paix parrainé par le secrétaire d'État américain, John Kerry.

Israël a annulé la libération du dernier groupe de prisonniers palestiniens. Il s'agit d'une « politique constante de chantage et de pressions », ont commenté les négociateurs palestiniens.

Les discussions, qui en sont à leur dernier mois, ont atteint « un moment critique », a reconnu John Kerry, évoquant « une tragédie pour les deux parties » après plus de 20 ans de processus de paix.

Dans une ultime tentative, le chef de la diplomatie américaine s'est encore entretenu jeudi avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Il leur a demandé « un compromis décisif pour pouvoir avancer ».

Du côté des négociateurs, lors d'une rencontre qui a duré jusqu'à l'aube, en présence des médiateurs américains, la chef de la délégation israélienne Tzipi Livni a informé son homologue palestinien Saëb Erakat que la libération d'un quatrième contingent de prisonniers, prévue le 29 mars, mais reportée, était désormais annulée.

Yasser Abed Rabbo, un dirigeant de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a déclaré que « les conditions de toutes futures négociations doivent changer radicalement ».

La Maison-Blanche y tient encore

Tout en reconnaissant que la décision israélienne « de retarder la libération d'un quatrième groupe de prisonniers créait des difficultés », Washington veut bien croire qu'il reste de l'espoir, indiquant qu'aucune des deux parties n'avait « dit vouloir rompre les discussions ».

Pour les Américains, Mme Livni avait justifié l'annulation des libérations par les demandes d'adhésion à 15 accords et traités internationaux signés mardi soir par le président Abbas, au moment où le gouvernement israélien « s'apprêtait à honorer son engagement ».

Pour les Palestiniens, « Israël a l'habitude de se dérober aux accords et ententes qu'il a signés ».

PLUS:rc