NOUVELLES

Il y a 100 ans naissait Marguerite Duras

03/04/2014 04:20 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Femme de lettres et cinéaste aux multiples facettes, Marguerite Duras, de son vrai nom Marguerite Donnadieu (1914-1996), aurait eu 100 ans le 4 avril.

Près de 20 ans après sa mort, le style durassien, « cette langue allégée, neutre, rapide et lancinante à la fois » (François Nourissier) continue d'exercer une fascination aussi bien sur les lecteurs que sur les critiques.

À preuve, le nombre de publications qui lui sont consacrées à l'occasion du centenaire de sa naissance, notamment le beau livre hommage de Laure Adler, Marguerite Duras, agrémenté de nombreux documents, photos, manuscrits et notes (publié chez Flammarion), et les nombreuses rééditions de ses oeuvres, dont son unique livre jeunesse, Ah, Ernesto! aux éditions Thierry Magnier.

Née le 4  avril 1914 près de Saïgon, en Indochine (aujourd'hui Ho Chi Minh-Ville, au Vietnam), orpheline de père à cinq ans, Marguerite Duras s'est inspirée de cette enfance et de cette adolescence particulières pour écrire plusieurs de ses livres.

À 18 ans, elle part étudier en France. Une dizaine d'années plus tard, elle publie son premier roman, Les impudents.

Engagée politiquement, elle participe à la Résistance, adhère au Parti communiste au moment de la Libération, en est exclue dix ans plus tard, milite contre la Guerre d'Algérie et participe au mouvement contestataire de Mai 68.

Dans les années 1950, elle publie Un barrage contre le pacifique, Le marin de Gibraltar, Moderato Cantabile scénarise pour Alain Resnais le film Hiroshima mon amour, puis enchaîne les pièces de théâtre dans les années 1960.

Mais c'est en 1984 qu'elle connaît la consécration et le succès public avec la publication de L'amant, qui lui vaut le prix Goncourt. Depuis, le livre a été traduit dans 35 pays, et s'est vendu à plus de deux millions d'exemplaires. 

Le film est adapté au grand écran par Jean-Jacques Annaud en 1992, mais la version cinématographique ne reçoit pas la bénédiction de l'auteure qui réécrit d'ailleurs son roman en 1991 sous le titre L'amant de la Chine du Nord.

Mariée et divorcée plusieurs fois, elle rencontre en 1980 son dernier compagnon, Yann Andréa, de près de 30 ans son cadet. À la fois amant, secrétaire, chauffeur et assistant, il devient son exécutaire testamentaire à sa mort, en mars 1996.

PLUS:rc