NOUVELLES

Des sommes perçues de façon douteuse par Laval

03/04/2014 01:20 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Le maire de Laval, Marc Demers, a révélé jeudi matin que son administration a découvert une pratique de financement irrégulière datant de l'administration de Gilles Vaillancourt.

Un texte de Vincent Champagne Twitter Courriel

Depuis 2006, des promoteurs immobiliers ont versé de l'argent à la Ville, en vue de travaux d'infrastructures, sans aucun encadrement légal. Les élus n'ont pu trouver de résolution du conseil municipal ou du comité exécutif pour appuyer ces sommes.

Ainsi, 4,8 millions de dollars sont présentement gelés dans les coffres de la Ville. « Dès que l'on sait que l'on a récupéré des sommes sans avoir un support légal, la Ville ne peut pas en disposer de façon légale pour un projet d'infrastructure », mentionne Serge Lamontagne, directeur général de la Ville de Laval.

« Quant à nous, c'est tout à fait illégal », estime pour sa part le maire Marc Demers. Il affirme que l'ex-maire Gilles Vaillancourt était au courant de cette pratique, qu'il qualifie aussi de « nébuleuse ».

Selon Marc Demers, 14 millions de dollars étaient encore à percevoir selon le même système, que l'on a bloqué dès que les faits ont été connus.

Enquêtes lancées

Le maire confie donc un mandat d'enquête au bureau d'éthique de Laval, qui sera en lien avec l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Il demande également à la vérificatrice générale de se pencher sur le dossier.

Il s'adresse aussi au ministère des Affaires municipales du Québec (MAMROT) afin d'éclaircir le sort des 4,8 millions de dollars gelés, qualifiés de « sommes sans droit ».

Parce que les enquêtes ne font que débuter, le maire ne peut pas spécifier de quels projets immobiliers il est question, qui sont les entrepreneurs et combien sont-ils.

Il note toutefois qu'il n'existe pas de liens, à son avis, avec le controversé projet de tours à condominiums Le Commodore, ni avec les projets de l'organisme Laval Technopole.

PLUS:rc