NOUVELLES

Un groupe québécois achète le Concorde

03/04/2014 12:08 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Un groupe d'investisseurs québécois met la main sur le Concorde et veut le transformer en copropriété hôtelière. Le propriétaire, Eddy Savoie, dit avoir reçu un dépôt en garantie qui concrétise l'offre d'achat.

« Hier soir, il y a un chèque qui est arrivé chez mon avocat. Ce matin, j'ai rencontré les gens, on s'est entendus, on a signé des documents », indique l'homme d'affaires qui a racheté l'hôtel de la chaîne Loews il y a environ deux semaines.

Eddy Savoie a bon espoir que la transaction sera conclue d'ici quelques jours. « Ils ont donné un dépôt quand même assez considérable pour qu'on arrête de travailler avec d'autres. On est convaincus qu'ils vont être capables d'avoir leur hypothèque. »

D'ici là, il ne veut pas révéler le nom des nouveaux acquéreurs, mais il affirme que certains sont issus du milieu de l'hôtellerie. « Il y a des gens qui sont de l'hôtellerie, il y en a qui sont dans la construction, il y en a d'autres qui sont dans la finance. Ils sont bien organisés », soutient M. Savoie.

Le groupe est formé de cinq à dix personnes, dont certains de Québec.

Selon le fondateur du Groupe Savoie, le groupe d'investisseurs veut faire du Concorde une copropriété hôtelière, comme le Marriott et le Crystal à Montréal, c'est-à-dire que d'autres acheteurs peuvent acquérir une chambre ou plus. « Ils peuvent être 100 propriétaires ou 50. Il y en a qui peuvent en acheter deux ou une [chambre]. Quand ils veulent aller à Québec, ils réservent et quand ils ne sont pas là, l'hôtel loue à des gens », explique Eddy Savoie.

L'homme d'affaires laisse entendre qu'il a revendu l'immeuble à bon prix. Au moins deux des nouveaux acquéreurs auraient tenté d'acquérir l'hôtel lorsqu'il appartenait au Loews. Ils ont fait « des offres plus élevées que ce que je leur vends, et ils n'ont pas réussi », soutient-il.

Labeaume prudent

Le maire de Québec, qui milite pour la relance de l'hôtel, demeure prudent. « On va voir c'est qui, on va voir ce qu'ils veulent faire, on va voir si c'est légal et on va voir si ça va avec les plans de la Ville parce que nous autres on démord pas, jusqu'à nouvel ordre, on a toujours les mêmes plans hôteliers », a commenté Régis Labeaume.

L'hôtel de la Grande Allée a fermé ses portes à la mi-février. Le Groupe Savoie, qui voulait le transformer en Résidence Soleil, l'a finalement acheté pour le revendre puisque le conseil municipal de Québec refusait pour l'instant d'autoriser le changement d'usage nécessaire à sa transformation en résidence pour personnes âgées.

Le fondateur du Groupe Savoie désire toujours ouvrir une Résidence Soleil à Québec et dit poursuivre ses recherches dans le but de trouver un nouvel emplacement.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 choses que vous ne savez pas sur Québec