NOUVELLES

Affaire Rob Ford : de nouveaux documents sont dévoilés

03/04/2014 07:02 EDT | Actualisé 03/06/2014 05:12 EDT

Un juge torontois a levé, jeudi, l'interdit de publication sur des documents qui proviennent des conversations, interceptées par la police, entre l'ex-chauffeur du maire Alessandro Lisi et des membres présumés de gangs de rue de l'ouest de la ville.

Ces documents laissent entendre que les résidents de la rue Dixon étaient en panique lorsqu'on a appris, il y a un an, l'existence de la vidéo dans laquelle on voit Rob Ford fumer ce qui ressemble à du crack.

Dans une des conversations, on entend Lisi menacer son interlocuteur que le quartier serait passé au crible par la police si les détenteurs de la vidéo ne lui rendaient pas l'enregistrement.

Alessandro Lisi est d'ailleurs accusé d'extorsion, mais aucune de ces allégations n'a été prouvée devant les tribunaux.

La publication de ces documents survient au moment où la Police provinciale de l'Ontario (PPO) se retire de l'enquête faute de preuves supplémentaires.

La police de Toronto pense en revanche qu'il est trop tôt pour abandonner la partie.

« Nous avons décidé qu'il restait au contraire encore du travail à faire », indique le porte-parole Mark Pugash.

Les motifs de la police locale de poursuivre l'enquête ne sont pas clairs, mais une autre conversation téléphonique montre que la propriétaire de la résidence où Rob Ford aurait fumé du crack se plaint que la police et l'entourage du maire ne cessent de lui rendre visite.

« Ford a beaucoup de pouvoir, alors peu importe qui a raison ou tort », peut-on entendre dire Elena Basso selon les nouveaux documents rendus publics.

Enquête au ralenti

Les travaux de la PPO dans cette affaire tournent en rond. L'enquête ne sera poursuivie que si de nouvelles preuves sont recueillies par les forces de l'ordre. Le porte-parole de la PPO, le sergent Pierre Chamberland, indique que la police ne reçoit plus de nouvelles preuves dans le dossier.

« Comme il n'y a plus de nouvelles révélations, nous ne pouvons faire autre chose que d'attendre que de nouveaux éléments nous soient rapportés », indique-t-il.

Avec le reportage de Jean-Philippe Nadeau

PLUS:rc