POLITIQUE

Visite des cégeps et universités : Marois défend Drainville

02/04/2014 09:50 EDT | Actualisé 02/04/2014 09:50 EDT
Radio-Canada

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, affirme que le candidat péquiste dans Marie-Victorin, Bernard Drainville, a agi « en toute bonne foi » en visitant des cégeps et des universités alors que s'y déroulait le vote sur les campus, une première cette année.

Des photos publiées sur Twitter, dont l'existence a été révélée par le quotidien La Presse, montrent M. Drainville posant avec des étudiants, dépliants du Parti québécois en main. La date des publications, qui concernent aussi notamment les cégeps Lionel-Groulx, à Sainte-Thérèse, et Ahuntsic, à Montréal, correspond à des journées de vote étudiant.

La loi électorale stipule que « sur les lieux d'un bureau de vote, nul ne peut utiliser un signe permettant d'identifier son appartenance politique ou manifestant son appui ou son opposition à un parti ou à un candidat ni faire quelque autre forme de publicité partisane ».

Ce serait une imprécision dans la loi quant à la définition de « bureau de vote » qui pourrait être à l'origine de l'affaire. En effet, il ne serait pas clair que la notion s'applique à l'ensemble de l'établissement, si le vote se déroule dans un campus particulier, comme c'est le cas à Sherbrooke, où le vote a lieu au Campus de la santé.

« Il faut comprendre que ce flou permettait à Bernard Drainville d'agir comme il l'a fait », a expliqué Mme Marois, promettant que son parti collaborerait à toute demande de clarification formulée par le DGE.

Mobilité durable

Le Parti québécois promet de mener sa Stratégie nationale de mobilité durable, prévoyant des investissements supplémentaires de 1 milliard de dollars dans les transports collectifs d'ici 2020, ainsi qu'un réforme de la gouvernance des organismes responsables du transport dans la région de Montréal. Cette stratégie avait été présentée une première fois en février dernier.

Le candidat dans Jonquière et ministre sortant des Transports, Sylvain Gaudreault, a déclaré que cette stratégie faisait un lien entre aménagement du territoire et transport. Pour ce qui est des structures, tant M. Gaudreault que Pauline Marois ont précisé qu'il ne s'agissait pas de fusionner des organismes, mais de les amener à mieux travailler ensemble.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les pancartes détournées de la campagne électorale