NOUVELLES

Une glace inquiétante sur les rivières des-Prairies et des-Mille-Îles

02/04/2014 01:56 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Les services d'urgence de la Ville de Laval surveillent attentivement les rivières qui entourent l'île, puisqu'elles sont recouvertes d'une couche de glace beaucoup plus épaisse qu'à la normale.

Un texte de Vincent Champagne Twitter Courriel

« On n'a pas vu ça depuis une vingtaine d'années », affirme Nathalie Lorrain, porte-parole de la police de Laval, selon qui une surveillance accrue est de mise.

À certains endroits des rivières des Milles-Îles et des-Prairies, on trouve de la glace de 15 à 20 centimètres plus épaisse que d'habitude, explique Mme Lorrain. Certains segments de ces rivières, qui ne gèlent habituellement pas à cause du courant, ont figé dans la glace cette année.

Pour le moment, les risques d'inondation restent faibles, mais on craint des embâcles au cours des prochains jours ou la semaine prochaine.

« On ne sait pas vraiment comment toute cette glace-là va réagir, quand ça va se mettre à se fracturer », dit Mme Lorrain. « Tout le monde est prêt à faire face à peut-être une éventuelle montée des eaux. »

La ville pourra alors compter sur un bateau amphibie pour morceler la glace accumulée. Si l'eau monte, les citoyens pourront se procurer des sacs de jute dans les casernes de pompiers de la ville. Ils devront les remplir de sable en se rendant dans des dépôts préparés par la voirie.

Des bénévoles se rapportant aux départements des mesures d'urgence sillonnent le territoire chaque jour pour faire une vigie, assure Nathalie Lorrain. La collaboration des riverains est souhaitée pour rapporter à la police des observations quant au niveau de l'eau. 

Une situation généralisée à travers la province 

Selon Pierre Corbin, directeur des opérations terrain chez Hydro Météo, cette situation n'est pas unique à Laval.

« Tout le monde a été touché de la même façon par les conditions climatiques cet hiver », dit-il. « Il a neigé beaucoup au début de la saison alors qu'il faisait froid. Mais par la suite, il y a eu beaucoup moins de neige. Avec les températures froides, et l'absence d'isolation que crée la neige, il y a eu un épaississement rapide des glaces », explique M. Corbin.

Selon ce spécialiste, il faut remonter à l'hiver 93-94 pour trouver une épaisseur de glace comparable. Il y aurait de 10 à 20 centimètres de glace de plus qu'à l'habitude sur les rivières du Québec et sur le fleuve Saint-Laurent.

« Au cours des prochains jours, avec les températures un peu plus douces qui sont prévues, les débits vont augmenter, et ça va éroder tranquillement les couverts de glace », explique M. Corbin.

Mais, « s'il y a une crue rapide au cours de 15 prochains jours, il pourrait y avoir des problèmes pour l'écoulement de la glace. »

PLUS:rc