NOUVELLES

Le président du Soudan du Sud à Khartoum samedi pour rencontrer son homologue

02/04/2014 04:55 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Le président sud-soudanais Salva Kiir rencontrera samedi au Soudan son homologue Omar el-Béchir, ont rapporté des médias officiels, alors que Khartoum a récemment prévenu que le maintien de troupes sud-soudanaises dans une région frontalière contestée menaçait la paix avec son voisin.

"Le président Salva Kiir se rendra (samedi) au Soudan à l'invitation du président Béchir", a rapporté l'agence Suna, citant le ministère des Affaires étrangères.

Cette rencontre "intervient dans le contexte de contacts continus entre les dirigeants des deux pays pour consolider leurs relations bilatérales", a indiqué le ministère, qui n'a cependant pas précisé l'ordre du jour de la rencontre.

L'ambassade du Soudan du Sud à Khartoum a confirmé la rencontre entre les deux dirigeants, la quatrième depuis septembre.

Abyei, prise en étau entre le Soudan et le Soudan du Sud, est l'un des points majeurs de crispation entre les deux pays depuis l'indépendance du Sud en juillet 2011. Il y reste environ 660 soldats et policiers sud-soudanais et 150 policiers soudanais, selon l'ONU.

La présence des militaires sud-soudanais à Abyei "est peu propice à la paix et peut créer de nouveaux problèmes", a prévenu la semaine dernière Ibrahim Ghandour, proche conseiller du président Béchir.

"Nous allons essayer tous les moyens politiques et diplomatiques ainsi que les pistes proposées par l'Union africaine", médiateur dans le conflit, pour régler la question, a indiqué à l'AFP M. Ghandour.

En octobre 2013, la population Ngok Dinka d'Abyei a voté à 99,9% pour le rattachement au Soudan du Sud, lors d'un référendum que ni Khartoum ni Juba n'ont reconnu. L'autre communauté de la région, les Misseriya, favorables au pouvoir à Khartoum, a boycotté le scrutin.

La situation est "explosive" à Abyei, affirme l'ONU qui a demandé en 2012 à Juba et Khartoum d'en retirer leurs hommes.

Sans perspective d'accord, la force intérimaire de l'ONU pour Abyei est la seule autorité de la région.

La visite de M. Kiir intervient par ailleurs alors son pays est en proie à des violences qui ont fait ces derniers mois plusieurs milliers de morts et près d'un million de déplacés.

Des combats ont éclaté en décembre 2013 entre les forces loyales à M. Kiir et des combattants fidèles à l'ancien vice-président Riek Machar. Un cessez-le-feu a été signé en janvier mais les combats se poursuivent, et des pourparlers, qui se tiennent à Addis Abeba, n'avancent pas.

it/vl/cco

PLUS:hp