NOUVELLES

La mammographie pose le risque de traitements inutiles, selon une étude

02/04/2014 02:50 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Une étude réalisée aux États-Unis conclut que les bienfaits des mammographies annuelles pour le dépistage du cancer du sein sont surestimés alors que les risques pour la santé publique sont sous-estimés.

L'étude publiée dans le Journal of the Americain Medical Association lève le voile sur les dangers du sur-diagnostic. Car si la mammographie permet de détecter des tumeurs, elle ne peut toujours indiquer si cette tumeur nécessite réellement un traitement.

« Je dis à mes patientes que la mammographie n'est pas un test parfait », a déclaré la Dr Nancy Keating, professeure à l'Hôpital Bingham and Women's et co-auteure de l'étude.

Les chercheurs estiment que sur 10 000 femmes soumises à une mammographie annuelle pendant dix ans, 190 environ recevront un diagnostique de cancer du sein. De ce nombre, 36 subiront une chirurgie ou des traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie qui ne sont pas nécessaires parce la tumeur serait restée bénigne.

Les auteurs de l'étude évaluent également que la moitié des femmes qui passent une mammographie annuelle peuvent s'attendre à recevoir un résultat faussement négatif et devoir passer plus de tests, dont 20 % qui subiront une autopsie.

Toutefois, toujours sur l'échantillon de 190 femmes diagnostiquées, cinq femmes seront sauvées en raison d'un dépistage précoce. L'étude indique également que 25 patientes décèderont des suites du cancer malgré le dépistage.

De plus, l'étude convient que la mammographie annuelle réduit la mortalité de 19 % en moyenne chez les femmes qui s'y soumettent. Ce pourcentage augmente à 32 % pour les femmes dans la soixantaine.

Une étude de l'Université de Toronto publiée en février révélait que la mammographie ne serait pas plus efficace pour réduire le taux de mortalité des femmes atteintes du cancer du sein qu'un examen traditionnel. L'équipe de recherche avait analysé les cas de près de 90 000 femmes. Le nombre de tumeurs détectées était plus élevés chez les femmes se soumettant au dépistage par mammographie que chez celles qui subissaient un examen traditionnel, mais le nombre de décès a été le même dans les deux groupes.

Selon l'Institut américain du cancer, 232 000 cas de cancer du sein sont diagnostiqués annuellement aux États-Unis. Environ 39 000 femmes en meurt chaque année.

PLUS:rc