NOUVELLES

Dans la nuit du Royaume

02/04/2014 12:28 EDT | Actualisé 02/06/2014 05:12 EDT

Le contraste devrait être spectaculaire.  Après la chaleur et l'humidité de Sepang, les pilotes seront au frais en nocturne ce week-end au circuit de Sakhir. 

Pour les 10 ans du Grand Prix de Bahreïn, la course sera présentée sous les projecteurs. Après Singapour, c'est donc une deuxième épreuve F1 qui passe en mode étoilée.

Les pilotes ont fait l'expérience de Sakhir en nocturne lors des essais d'hiver. Ils ont pu constater que le circuit était bien éclairé, mais ont surtout remarqué qu'il sera encore plus dur de régler correctement les voitures.   

La course commencera à la tombée du jour, et la baisse de la température ambiante (comme d'habitude dans le désert) une fois la nuit venue, d'une quinzaine de degrés environ, modifiera le comportement et l'efficacité des moteurs et des pneus. Au moins, les équipes pourront se fier aux notes prises lors de leur passage cet hiver.

« Les températures devraient être plutôt élevées au début de la course, mais nous avons noté une baisse dramatique de la température dès que le soleil se couche. Cette différence peut atteindre 15 degrés (Celsius) », a expliqué Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport. Réussir à exploiter les pneus au maximum, ce sera le défi des équipes, et ce pendant tout le week-end. Chaque équipe aura sa stratégie, et la course devrait être très intéressante. »

De plus, le tracé de Sakhir est taxant pour les pneus qui subissent d'importantes contraintes lors du freinage intense à l'approche du virage no 1. Pirelli a décidé de fournir aux équipes les gommes mediums et tendres.

Mercedes-Benz encore favorite  

Comme cette course se déroule dans la foulée du Grand Prix de Malaisie, on ne s'attend pas à de grands changements, que ce soit dans les voitures ou au classement.

L'équipe Mercedes-Benz sera encore la référence, après son doublé de Sepang. Lewis Hamilton a gagné en Malaisie, Nico Rosberg en Australie. Lequel des deux battra l'autre à Bahreïn? 

« Ce sera dur de se maintenir en avant, sur ce circuit où toutes les équipes ont travaillé cet hiver », a dit prudemment Hamilton. 

Sebastian Vettel peut-il faire mieux que la troisième place sur le podium? Difficile de le croire, surtout dans des conditions changeantes. En Malaisie, à température constante, la consommation de son motreur Renault a été plus élevée que celle du Mercedes-Benz, ce qui l'a empêché de se rapprocher de Rosberg en fin d'épreuve.  

Red Bull commence d'ailleurs à s'impatienter, et les plans de l'équipe de construire elle-même son groupe propulseur se précisent. 

À Bahreïn, Vettel aura du mal à recevoir de l'aide de son coéquipier Daniel Ricciardo, qui a écopé d'une pénalité de 10 places sur la grille de départ (pour l'arrêt aux puits raté à Sepang, au 42e tour de la course). 

Fernando Alonso et Kimi Raikkonen ne se préoccupent pas du chemin à parcourir pour rattraper Mercedes-Benz, ils ne pensent qu'à régler les soucis de la F14T. Ils ont encore beaucoup de travail à faire, c'est le patron Stefano Domenicali qui le dit. La F14T est fiable, mais lente. Autant en qualif qu'en course.

McLaren ne croit pas pouvoir rivaliser avec Mercedes-Benz ce week-end, dixit Éric Boullier. Williams doit déjà rappeler ses pilotes à l'ordre, après la désobéissance de Felipe Massa à Sepang. Et les commentaires de Valtteri Bottas après la course.

Les mises au point, inévitables en début de saison, ne sont visiblement pas terminées chez plusieurs. 

Rappelons que la F1 retrouve en 2014 des séances d'essais (pour Pirelli) en cours de saison. La première aura lieu tout de suite après le Grand Prix de Bahreïn. Ce sera le surlendemain de la course (8 et 9 avril) sur le même circuit.

Cette saison, chaque équipe devra consacrer une journée entière à Pirelli. À Bahreïn, l'équipe Caterham sera la première à travailler avec Pirelli mardi, Mercedes-Benz et Williams la remplaceront mercredi.

PLUS:rc