NOUVELLES

Ukraine: le candidat Porochenko appelle l'Allemagne à boycotter le gaz russe

01/04/2014 02:59 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Le milliardaire ukrainien Petro Porochenko, favori des sondages pour l'élection présidentielle du 25 mai, appelle dans le quotidien Bild l'Allemagne à boycotter le gaz russe pour protester contre le rattachement de la Crimée à la Russie.

"Quelquefois il faut payer le prix de la démocratie", assure-t-il dans le journal allemand à paraître mercredi. "Un boycott du gaz russe serait une sanction juste et mettrait la Russie économiquement à genou", ajoute-t-il, selon des extraits de l'entretien diffusés mardi.

"Il y a la possibilité de nouvelles sanctions, d'embargos économiques. Je trouverais juste que l'Allemagne boycotte le gaz russe jusqu'à ce que la Russie mette un terme à l'invasion de la Crimée", indique encore le milliardaire pro-européen.

L'homme d'affaires et député de 48 ans, dont la fortune est estimée par le magazine Forbes à 1,6 milliard de dollars et dont l'empire va du chocolat aux médias, a officialisé vendredi sa candidature à la présidentielle ukrainienne.

Un sondage publié la semaine dernière le plaçait en tête avec 24,9% des suffrages, loin devant l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko (8,9%), qui s'est depuis retiré de la course, et l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko (8,2%).

Assurant que l'Ukraine "n'acceptera jamais l'annexion de la Crimée", il met en garde Moscou contre une éventuelle invasion de l'Ukraine orientale. "Si la Russie agresse l'Ukraine orientale, nous nous défendrons avec tous les moyens militaires dont nous disposons", souligne-t-il. "Nous sommes vraiment prêts à défendre notre pays".

M. Porochenko assure dans cette interview à Bild qu'il vendra le confiseur Roshen s'il est élu président. "Si je suis élu, je ferai le ménage et vendrai la société Roshen. En tant que président de l'Ukraine je veux me consacrer uniquement au bien du pays", a-t-il souligné.

Il a également invité l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko à renoncer à sa candidature. Mais celle-ci a assuré mardi qu'elle allait "se battre jusqu'au bout" pour le scrutin du 25 mai.

yap/bir

PLUS:hp