NOUVELLES

Ukraine : les révolutionnaires du Maïdan constituent leur armée face à la menace russe

01/04/2014 10:45 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Des tirs résonnent, des soldats sautent d'un hélicoptère, avant de se mettre à couvert et d'ouvrir le feu à leur tour : la nouvelle Garde nationale ukrainienne s'entraîne d'arrache-pied pour apprendre à défendre le pays face à une éventuelle offensive russe.

"Nous faisons 18 heures d'exercice par jour donc je pense que nous sommes prêts à défendre l'Ukraine. Poutine devrait y réfléchir à deux fois avant de nous attaquer", lance, sûr de lui, Vadim, une jeune recrue originaire de Lviv, bastion nationaliste situé dans l'ouest de l'Ukraine.

Le jeune homme, âgé de 31 ans, explique avoir quitté son travail d'ingénieur pour prendre part au mouvement de contestation à Kiev, qui a abouti au renversement du gouvernement du président Viktor Ianoukovitch, après des mois d'occupation sur le Maïdan, place de l'Indépendance, et des affrontements meurtriers avec les forces de l'ordre.

"Si c'est nécessaire, je suis prêt à me battre", ajoute-t-il.

Comme des milliers d'autres, il s'est engagé dans la Garde nationale, force constituée de volontaires créée début mars alors que la Russie prenait le contrôle de la Crimée et déployait des troupes au niveau de la frontière orientale de l'Ukraine.

Elle doit venir compléter le rôle de l'armée que Kiev cherche désormais à reprendre en main.

Le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, s'est rendu en personne à la base militaire de Novi Petrivtsi, au nord de Kiev, où s'entraîne Vadim, pour assister aux exercices.

"Comment vous sentez-vous ici? Vous mangez bien?", lance-t-il aux nouvelles recrues.

"Oui, tout est ok!", répondent-ils avec enthousiasme.

Selon le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, environ 32.000 personnes ont déjà rejoint la nouvelle Garde nationale.

Sur fond de musique militaire, M. Tourtchinov arpente les rangées de soldats, et inspecte ensuite les équipements de la base de Novi Petrivtsi - fusils, lance-roquettes, matériels de protection (gilets pare-balles et boucliers)- tous fabriqués en Ukraine.

"Ces choses sont cinq fois moins chères que les équipements fabriqués à l'étranger", explique un officier au président par intérim.

Quelque temps après, un drone expérimental se fait entendre.

Ce drone, comme la plupart des armements dévoilés au président par intérim, n'est pas encore au service de l'armée ukrainienne. L'équipe, qui sera formée après la présidentielle du 25 mai, devra décider s'il adopte ou non un budget permettant de les acquérir, précise un officier à l'AFP.

Actuellement, l'armée ukrainienne est sous-équipée et son matériel vieillissant.

De plus, à la suite du rattachement par la Russie de la Crimée, où étaient stationnées les forces maritimes ukrainiennes, Kiev a perdu l'essentiel de ses navires de guerre, des hélicoptères, des avions de combat, mais aussi environ 15.000 hommes qui ont décidé de rejoindre l'armée russe.

-"Prêt à toute éventualité"-

Avant la crise, le pays comptait environ 130.000 soldats, la moitié étant des conscrits.

"La Garde nationale d'Ukraine a été créée pendant une période dramatique", a souligné M.Tourtchinov face aux nouvelles troupes.

"En temps de paix, elle doit protéger les citoyens face aux dangers et aux actes criminels. En temps de guerre, elle doit résister face à l'armée ennemie et défendre le pays", a-t-il poursuivi.

Selon Mykola Soungourovski, expert militaire au centre de recherche Razoumkov de Kiev, l'armée ukrainienne ne serait cependant pas en mesure de repousser "une attaque massive" à l'heure actuelle.

Suscitant des espoirs d'apaisement, les autorités ukrainiennes ont récemment annoncé que la Russie retirait progressivement ses troupes massées à la frontière de l'Ukraine.

Pour les nouvelles recrues, la menace reste bien réelle.

Oleksandr, 20 ans, se dit "prêt à toute éventualité".

"S'il n'y avait pas de menaces sur le pays de la part de la Russie je ne serais pas là. Mais la Russie pourrait attaquer donc ma présence est nécessaire ici", renchérit Vassil, 22 ans.

str-fb-lap/gmo/sym

PLUS:hp