NOUVELLES

Réunion des chefs de la Curie autour de François

01/04/2014 08:35 EDT | Actualisé 01/06/2014 05:12 EDT

Le pape François a réuni mardi les chefs des ministères de la Curie romaine, pour la deuxième fois depuis son élection, a annoncé le Vatican, alors que la réforme en cours suscite appréhension et tensions.

"A l'ordre du jour figuraient les réflexions et réactions suscitées dans les différents dicastères par l'exhortation apostolique +Evangelii Gaudium+ ("Joie de l'Evangile"), et les perspectives qui s'ouvrent pour sa mise en oeuvre", selon un communiqué du Saint-Siège.

Dans ce texte fondamental, publié à l'automne, le pape François évoquait de nombreuses pistes pour réformer l'Église - notamment son gouvernement central - avec davantage de collégialité et la possibilité que certaines compétences restent au niveau des conférences épiscopales sans remonter à Rome.

Il évoquait également de manière très personnelle ses conceptions pastorales et sociales, évoquant la nécessité, dans la fidélité à la doctrine, d'adaptations en dépassant certains usages appartenant au passé.

C'est la deuxième fois qu'une telle réunion a lieu, après celle du 10 septembre 2013, durant laquelle les ministres, une vingtaine au total, avaient été convoqués pour le conseiller sur le gouvernement de l'Église.

Le souverain pontife réfléchit depuis plusieurs mois, avec l'aide du Conseil des 8 cardinaux (G8), à une refonte de la constitution "Pastor bonus" qui régit la Curie. Des hypothèses circulent sur la fusion ou la disparition de certains services.

Le pape argentin avait confirmé en mars 2013 tous les chefs et membres de dicastères à titre provisoire. Au fil des mois, il a confirmé plusieurs prélats, et nommé certains à d'autres postes.

Les derniers en date à être confirmés sont les cardinaux brésilien João Braz de Aviz, français Jean-Louis Tauran et italien Gianfranco Ravasi, qui restent respectivement à la tête de la congrégation pour les religieux et religieuses, du dialogue inter-religieux et de la culture.

Sept des douze chefs de Conseils pontificaux (des organes moins puissants que les congrégations) n'ont toujours pas été reconduits. Il s'agit des responsables des migrants, de la santé, de la nouvelle évangélisation, de la famille, des oeuvres caritatives de l'Église ("Cor Unum"), des communications sociales et des textes législatifs.

L'expectative crée des crispations au Vatican et s'accompagne de tensions sociales dues à des projets de limitation des heures supplémentaires et au non-renouvellement de certains contrats provisoires.

jlv/lrb/ai

PLUS:hp