NOUVELLES

Lutte quasi fratricide dans La Pinière

01/04/2014 01:19 EDT | Actualisé 31/05/2014 05:12 EDT

Gaétan Barrette contre Fatima Houda-Pepin; les électeurs de La Pinière voient deux candidats connus briguer les suffrages dans cette circonscription particulière à plusieurs égards.

Un texte de Philippe Marcoux Twitter Courriel

En 2012, celle qui était la candidate libérale, Fatima Houda-Pepin, l'avait emporté avec une confortable majorité de plus de 10 000 voix. Mais la députée sortante a eu maille à partir avec le chef libéral Philippe Couillard sur la question de la charte des valeurs. Elle se présente donc comme candidate indépendante.

Son adversaire libéral a aussi changé de camp. Gaétan Barrette, l'ancien président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, était le candidat de la Coalition avenir Québec dans Terrebonne en 2012.

Une lutte quasi fratricide, donc. Et plutôt acrimonieuse, puisque les deux candidats bénéficient d'une grande visibilité à l'extérieur de cette circonscription, la seule dont les frontières se limitent à celles d'une seule ville, Brossard.

Sans compter que le Parti québécois a choisi de ne pas présenter de candidat, « afin de favoriser la réélection de la candidate indépendante Fatima Houda-Pepin ».

La question de la souveraineté

Fatima Houda-Pepin accuse d'ailleurs son adversaire libéral de faire peur aux électeurs des communautés culturelles, très nombreux dans La Pinière, en leur disant qu'un vote pour elle représente un vote pour la souveraineté.

Une accusation dont ne se défend d'ailleurs pas Gaétan Barrette.

Le candidat libéral reproche à son adversaire de faire de la désinformation en se présentant comme candidate « libérale indépendante », alors qu'elle ne représente plus le Parti libéral.

Sur le terrain, les deux candidats reçoivent un accueil chaleureux. Les électeurs que nous avons rencontrés semblaient réellement divisés entre libéraux convaincus et partisans de Fatima Houda-Pepin.

De son côté, Jin Kim, le candidat de la Coalition avenir Québec, affirme que les citoyens de la circonscription veulent surtout parler d'économie et de création d'emploi. Ses appuis se faisaient toutefois rares parmi les électeurs rencontrés.

La circonscription en bref

PLUS:rc