DIVERTISSEMENT

«La gloire démystifiée» de Josélito Michaud: 31 personnalités se confient sur le vedettariat

01/04/2014 04:25 EDT | Actualisé 01/04/2014 04:25 EDT
Courtoisie

De tout temps, la gloire a fasciné, ébloui et mystifié. Capable de transformer l’être humain, de déformer le rapport aux autres et le regard vers soi, le vedettariat est aussi craint qu’espéré. À une époque où les 15 minutes de gloire sont devenues la nouvelle panacée et où le statut de vedette est perçu comme un métier, 31 personnalités se sont confiées à Josélito Michaud dans La gloire démystifiée.

Après avoir décortiqué les nuances du deuil dans le livre Passages obligés et l’émission On prend toujours un train, l’intervieweur désirait analyser les tenants et aboutissants de la gloire. Un sujet qu’il juge tabou, mais universel.

«Au Québec, la gloire et la quête de reconnaissance sont aussi taboues que la sexualité ou le rapport à l’argent, dit-il. Pourtant, on a tous besoin d’être vus et entendus. La fascination du public pour des émissions comme La voix, Star académie ou Occupation double démontrent notre fascination pour le sujet.»

Lorsqu’il a décidé de mener son projet, Josélito Michaud savait clairement qui rencontrer pour fouiller la question. «J’ai monté le projet comme un puzzle et chaque individu correspondait à une pièce. Il me fallait des personnalités de toutes les générations, des types de popularités très nichées ou qui ratissent large, certains qui commencent à devenir populaires et d’autres qui sont acclamés par le public, mais rejetés par la critique. Comme je voulais éviter la redondance, j’avais prévu la direction que je voulais prendre avec chacun.»

De Guy A. Lepage, en passant par Simple Plan, Karine Vanasse, Justin Trudeau, Kim Thuy, Colette Roy-Laroche, Mario Tessier, Corno, Véronique Dicaire, Ricardo Larrivée, Gilbert Rozon et Annie Pelletier, pratiquement tous les spectres de la vie publique sont abordés sans pudeur ni retenue.

Contrairement à ce que pourraient croire ceux qui voient la gloire comme un sujet clinquant et superficiel, les 31 personnalités interrogées livrent des réflexions profondes et d’une richesse surprenante sur le sujet. «Étant donné qu’ils ne réfléchissent pas à leur gloire dans la vie de tous les jours, la plupart des invités ont découvert des choses sur eux pendant l’entrevue. Ils ont tous été habités par ces questions pendant des jours. J’ai senti énormément de générosité et d’authenticité de leur part.»

Dans son livre, Josélito Michaud confie que malgré les succès et les épisodes de grande visibilité qui jalonnent sa route professionnelle, il n’a jamais eu l’impression de vivre la gloire. Ayant grandi dans une aura maternelle de sainte humilité, l’homme se dit d’ailleurs très confortable à l’idée d’être dans l’ombre.

«S’il n’y avait plus jamais de lumière sur moi, du jour au lendemain, je n’aurais pas de problème avec ça. Je suis quelqu’un qui aime observer les autres et prendre du recul. Quand j’étais plus jeune, je voulais être comme Tintin et faire du journalisme d’enquête.»

L’ex-producteur et agent d’artiste n’a donc pas hésité à se mettre en retrait pour prendre les 200 photographies qui se retrouvent dans le livre. «Ma bonne amie Sophie Thibault, qui est une excellente photographe, m’a conseillé un jour de tenter la photo. Elle était convaincue que j’aurais l’œil. Avant d'entamer le projet, j’ai discuté de la philosophie de la photo avec Sophie et suivi quelques cours de technique.»

Je ne voulais pas la perfection, mais l’émotion. J’avais envie de montrer ce qu’on ne voit pas habituellement: les coulisses, le quotidien, la vulnérabilité de certains moments, l’humain derrière la vedette. J’ai redécouvert chez moi un immense plaisir à observer l’autre, comme si je n’étais soudainement plus connu.»

En plus de mener les nombreux entretiens, l’auteur a élaboré un questionnaire sur les éléments nécessaires afin d’accéder au statut de glorieux et de le maintenir. «Ce sont des questions parfois confrontantes, mais basées sur des citations directement prises dans le reste du livre. Je voulais dire au monde qu’on peut bien rêver de gloire, mais si on veut en faire un métier, il faut mettre beaucoup d’efforts et être prêt à faire beaucoup de sacrifices. Les questions donnent une idée extrêmement juste de ce que ça prend pour accéder à la gloire.»

La gloire démystifiée sort en librairies le 2 avril 2014.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des livres qui font du bien