POLITIQUE
28/03/2014 10:38 EDT | Actualisé 28/03/2014 10:39 EDT

La Ligue d'action civique à la défense des commissaires scolaires

PC

La Ligue d’action civique s’invite dans la campagne électorale en prenant la défense des élus du milieu de l’éducation, jugeant que les commissaires scolaires sont victimes depuis quelques années d’une campagne de dénigrement. Afin de débattre de la question, la Ligue organise une première conférence publique qui réunira différents acteurs du monde de l’éducation, ainsi que des représentants de partis politiques.

Organisée sous le thème «Au nom de la loi, réinvestissons nos écoles», la Ligue veut, par cette première conférence, conscientiser la population et les élus sur l’importance et le rôle des élus scolaires. Un moyen qui permet, entre autres, d’aider à «la mobilisation des parents au sein de l’école et de la structure scolaire», estime Frédéric Lapointe, président.

«On trouve qu’il y a un modèle en place actuellement qui permet une démocratisation de l’école puis du service public, dit-il. Il faut l’encourager à se développer, pas l’abolir. Les commissaires scolaires sont nécessaires dans le système scolaire et le principe est important», dit-il.

Pour Frédéric Lapointe, si les commissaires scolaires sont la cible de plusieurs reproches c’est, entre autres, parce que «leur rôle et leur mandat sont mal compris». «Il arrive souvent que les gens critiquent le travail d’un député, et ce, parce qu’ils ne comprennent pas leur travail. C’est la même chose avec celui d’un commissaire scolaire», remarque-t-il.

«Depuis plusieurs années, les commissaires sont la cible de campagne négative à leur endroit. J’ai l’impression qu’ils ont un désir d’être mieux compris, surtout que se sont des gens qui s’impliquent souvent de façon quasi bénévole», constate-t-il, précisant qu’un travail doit être fait pour revaloriser le rôle du commissaire scolaire.

Concernant le faible taux de participation aux élections scolaires, le président de la Ligue estime que le problème pourrait être résolu s’il y avait une plus de grande place pour débattre des enjeux et de vision de l’éducation lors des élections scolaires.

«On peut débattre de l’idée d’avoir moins de commissions scolaires, ou plus du tout, d’avoir une taxe scolaire ou non, comme on le fait, mais nous préférons lancer un appel positif à l’engagement partout au Québec : prenons le pouvoir d’améliorer l’école publique avec tous ses partenaires, profitons des élections scolaires de cet automne», poursuit-il, déplorant le peu de place accordée à l’éducation dans la campagne provinciale.

La première conférence aura lieu le 29 mars, à Montréal, au Monument national à compter de 13h. La Ligue d’action civique a été très présente lors de la dernière campagne municipale partout au Québec. Elle a permis, entre autres, à des candidats indépendants et à des équipes sans gros moyen financier, de profiter des mêmes outils de campagne que les partis conventionnels.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les promesses en vrac