NOUVELLES

Les candidats de Lévis gardent le cap malgré les sondages

25/03/2014 10:31 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Les trois candidats des principaux partis dans la circonscription de Lévis affirment tous que les sondages n'influencent pas la façon de mener leur campagne électorale.

Le candidat sortant de la CAQ à Lévis, Christian Dubé, qui a obtenu 3273 voix de majorité en 2012, ne s'inquiète pas outre mesure du recul de son parti dans les intentions de vote. Même si sa circonscription « est à risque » selon le sondage Léger, M. Dubé affirme qu'il ne sent pas un désintéressement à l'endroit de le CAQ sur le terrain.

« La campagne a porté un peu sur la charte au début avant de se déplacer vers le référendum et c'est ce qui explique les résultats des sondages aujourd'hui, affirme Christian Dubé. Malheureusement, on n'a pas encore parlé des dossiers prioritaires aux Québécois, comme l'économie », déplore-t-il.

La candidate du Parti québécois, Sylvie Girard, déplore de son côté la « campagne de peur » orchestrée sur le référendum tout en ajoutant qu'il reste encore deux semaines pour convaincre les électeurs. « Non, ça ne m'inquiète pas et il est temps de parler des vrais enjeux », soutient la candidate péquiste.

Simon Turmel du PLQ affirme pour sa part que les gens qu'ils rencontrent en faisant du porte-à-porte sont davantage préoccupés par l'économie que les sondages. « Il y a un moment aussi où ils parlaient beaucoup de séparation, mais maintenant ils veulent surtout savoir qui je suis. [...] Ce que je sens, c'est qu'il y a effectivement une polarisation du vote, affirme le libéral. Et je sens que ça sent très bon à l'heure actuelle pour les libéraux à Lévis », conclut Simon Turmel.

Les trois candidats disent tous se concentrer sur le « vrai sondage » du 7 avril prochain.

Les candidats de la circonscription de Lévis ont tenu ces propos lors d'un débat à l'émission Première heure.

PLUS:rc