NOUVELLES

Automobile: Hangzhou, 6e métropole chinoise à limiter le nombre des immatriculations

25/03/2014 09:33 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Hangzhou, métropole chinoise de 9 millions d'habitants, va comme Pékin restreindre le nombre de plaques d'immatriculation qu'elle délivre tous les ans, afin de réduire la pollution de l'air et les embouteillages, a annoncé mardi un média officiel.

La municipalité de cette ville de l'est de la Chine ne distribuera désormais que 80.000 plaques chaque année, dont 80% seront attribuées par tirage au sort tandis que les 20% restants feront l'objet d'enchères, a indiqué l'agence Chine nouvelle.

Seul un participant sur trente au tirage au sort pourra espérer décrocher une plaque, a-t-elle ajouté, citant un responsable municipal.

Hangzhou va par ailleurs durcir un système de circulation alternée mis en place dès 2011 et qui prévoit que les véhicules des particuliers ne peuvent circuler dans la ville que certains jours par semaine, en fonction de leur numéro de plaque.

Cinq autre grandes villes de Chine ont annoncé ou mis en place des restrictions des nouvelles immatriculations qu'elles octroient: Pékin, l'agglomération de Shanghai (est), Guiyang (sud-ouest), Canton (sud) et Tianjin (est).

Pékin, dont la population dépasse les 20 millions d'habitants, avec 5,3 millions de véhicules, attribue un maximum de 240.000 plaques depuis 2011. La demande est telle que les chances de recevoir une plaque en participant à la loterie municipale sont de un sur 80, selon le quotidien China Daily.

Sur l'ensemble de 2013, les ventes de voitures en Chine ont bondi de presque 14%, à 21,98 millions de véhicules, faisant du pays le plus grand marché automobile au monde.

Mais les grandes villes cherchent désormais à endiguer les embouteillages monstrueux dont elles sont coutumières, tout en s'attaquant à une pollution atmosphérique endémique, provoquée principalement par les centrales à charbon et les usines, mais que l'ampleur du trafic automobile contribue à aggraver.

jug/bir

PLUS:hp