NOUVELLES

Wall Street hésite à l'ouverture, prudente face à des indicateurs contrastés

24/03/2014 10:07 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

La Bourse de New York hésitait peu après l'ouverture lundi, digérant des indicateurs chinois et européens contrastés et surveillant la situation en Ukraine: le Dow Jones gagnait 0,33% tandis que le Nasdaq cédait 0,27%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average progressait de 53,75 points à 16.356,52 points et le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 11,74 points à 4.265,04 points.

Le S&P 500 avançait de 0,12% (+2,29 points) à 1.868,81 points.

Wall Street avait terminé dans le rouge vendredi, les investisseurs engrangeant en fin de séance quelques profits à l'issue d'une semaine mouvementée: le Dow Jones avait cédé 0,17% à 16.302,77 points et le Nasdaq 0,98% à 4.276,79 points.

Les indices "font preuve de résilience malgré un rapport préliminaire suggérant une détérioration de l'activité manufacturière en Chine", estimaient les analystes de Charles Schwab.

Selon un indicateur provisoire publié par la banque HSBC, la production manufacturière en Chine a en effet de nouveau reculé en mars, enregistrant sa plus forte contraction depuis huit mois et renforçant les inquiétudes sur la vigueur de l'économie chinoise.

Mais "cette annonce est compensée par l'idée que la faiblesse de ce chiffre incitera le gouvernement chinois à renforcer son soutien budgétaire et/ou monétaire", soulignait Patrick O'Hare de Briefing.com.

En zone euro, l'activité privée a en revanche continué de croître en mars, selon l'indice PMI du cabinet Markit. "C'est plus ou moins en ligne avec les attentes et cela signale que le secteur manufacturier est toujours en mode expansionniste", relevait M. O'Hare.

Par ailleurs, "la situation en Ukraine continue de retenir l'attention du marché", selon les spécialistes de Wells Fargo.

L'Ukraine a décidé lundi de retirer ses troupes de la péninsule de Crimée où l'essentiel de ses bases sont tombées en trois semaines d'occupation sous le contrôle de la Russie.

Les grandes puissances, menées par le président américain Barack Obama, discutaient au même moment de nouvelles sanctions contre Moscou dont son exclusion du G8 lors d'un sommet à La Haye.

Le marché obligataire évoluait en baisse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans progressait à 2,770% contre 2,750% vendredi soir, et celui à 30 ans à 3,617% contre 3,609% à la précédente clôture.

jum/sl/sam

PLUS:hp