Un tatouage du prénom d'un homme a été découvert sur l'intérieur de la cuisse d'une momie vieille de 1300 ans. C'est l'étonnant constat qu'ont fait des égyptologues du British Museum en examinant le corps momifié d'une femme soudanaise, qui serait morte autour de 700 après JC.

Le dessin, tatoué à l'intérieur de sa jambe droite, se compose des caractères de grec ancien formant le mot MIXAHA, traduisible par Michael. Au risque de décevoir les esprits romantiques qui pourraient y voir le nom d'un amant, le tatouage serait en fait une représentation de l'archange Michel, saint patron du Soudan médiéval. Un symbole de protection pour sa propriétaire, dont l'âge a été estimé entre 20 et 35 ans.

tattoo

"C'est la toute première preuve d'un tatouage de cette époque, c'est une découverte très rare", a expliqué Daniel Antoine, commissaire de l'exposition du British Museum intitulée Ancient Lives: New Discoveries. Celle-ci dévoilera au public cette momie ainsi que sept autres à partir du 22 mai, et démontre entre autres que les Égyptiens dans l'Antiquité souffraient de problèmes de santé assez similaires aux nôtres (cholestérol, maux de dents...).

Selon les experts, l'exposition vise à apporter une vision plus humaine des momies. "Nous voulons promouvoir l'idée que ce ne sont pas des objets mais des êtres humains réels", a déclaré John Taylor, conservateur en chef du département de l'Égypte ancienne, "nous voulons saisir l'humanité de ces personnes".

LIRE AUSSI :
»Pourquoi Toutankhamon avait-il été momifié avec le pénis en érection?
»Une statue égyptienne se déplace toute seule au musée de Manchester
»L'orteil de Greville Chester, la plus vieille prothèse du monde
Loading Slideshow...
  • Le 23 août 2012, quelques quatre-vingt ans après sa mort, la momie de Piter Sampe Sambara s'est vue offrir un nouveau costume par ses descendants. Ce rituel, appelé le Ma'nene, a lieu dans le canton de Toraja, dans la province indonésienne de Sulawesi. Pour la famille du défunt, c'est un témoignage d'amour envers cet ancêtre. (Crédit photo: EPA/ANDI SAMUDRA)

  • Au cours du rite Ma'nene à Rinding Allo dans le canton de Toraja, en Indonésie, des membres de la famille nettoient la momie de Martha Bu'tu', morte il y a quarante ans. (Crédit photo: EPA/ANDI SAMUDRA)

  • Le 23 août 2012, quelques quatre-vingt ans après sa mort, la momie de Piter Sampe Sambara s'est vue offrir un nouveau costume par ses descendants. Ce rituel, appelé le Ma'nene, a lieu dans le canton de Toraja, dans la province indonésienne de Sulawesi. Pour la famille du défunt, c'est un témoignage d'amour envers cet ancêtre. (Crédit photo: EPA/ANDI SAMUDRA)

  • Le 23 août 2012, quelques quatre-vingt ans après sa mort, la momie de Piter Sampe Sambara s'est vue offrir un nouveau costume par ses descendants. Ce rituel, appelé le Ma'nene, a lieu dans le canton de Toraja, dans la province indonésienne de Sulawesi. Pour la famille du défunt, c'est un témoignage d'amour envers cet ancêtre. (Crédit photo: EPA/ANDI SAMUDRA)


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?