NOUVELLES

Irak: Washington "condamne le meurtre" du chef de Radio Free Iraq

24/03/2014 06:01 EDT | Actualisé 24/05/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont "condamné le meurtre" perpétré samedi du journaliste irakien et chef du bureau de Bagdad de Radio Free Iraq, demandant lundi à l'Irak d'enquêter et de punir le responsable de la mort du représentant d'un média financé par Washington.

Le journaliste Mohammed Bidaiwi a été abattu par un officier d'une brigade chargée de surveiller un complexe présidentiel à Bagdad à la suite d'une altercation verbale, mais dont les circonstances n'étaient pas claires.

"Nous sommes profondément préoccupés par les circonstances qui ont entouré sa mort et nous appelons le gouvernement irakien à mener une enquête complète sur cet incident et à demander à ce que le responsable de cet acte criminel rende des comptes", a réagi lundi Marie Harf, porte-parole du département d'Etat, plus de deux jours après les faits.

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki s'était rendu sur les lieux pour demander à ce que l'officier soit arrêté, ce qui fut fait peu après.

Mohammed Bidaiwi, marié et père de deux enfants, était professeur associé à l'université Mustansiriyah de Bagdad. Journaliste depuis 1993, il était devenu en 2006 le chef du bureau de Bagdad de Radio Free Iraq, une branche de Radio Free Europe/Radio Liberty, financée par les Etats-Unis.

"Le meurtre d'un innocent est toujours regrettable. Le meurtre d'un journaliste est un affront particulier parce qu'il frappe un pilier essentiel de la démocratie", a fustigé Mme Harf.

Elle a qualifié la mort de M. Bidaiwi de "perte majeure pour l'Irak".

Outre le cycle de violences qui frappe l'Irak, le pire depuis 2008, le pays est aussi régulièrement critiqué pour la dégradation de la liberté de la presse et figure en première place sur la liste de l'indice de l'impunité du Comité de protection des journalistes (CPJ), une ONG basée à New York, qui comptabilise les meurtres impunis de journalistes.

nr/gde

PLUS:hp