NOUVELLES

Bataille du ciel à Toronto

24/03/2014 02:14 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT

Des jets de Bombardier voleront-ils bientôt à l'aéroport Billy Bishop de Toronto? Les partisans et les opposants du mégaprojet fourbissent les armes à coup de rapport et de publicités, en prévision d'un vote déterminant.

Le conseil municipal doit se prononcer sur la question le 1er avril.

Le transporteur Porter demande à la Ville de lever l'interdit actuel contre les jets à l'aérodrome du centre-ville, en plus de permettre le prolongement de la piste principale.

Le maire adjoint et le maire sont farouchement en faveur du plan d'expansion de Porter.

Rob Ford promet de se battre bec et ongles pour que le projet soit adopté en principe avant les élections d'octobre prochain.

Rob Ford doute, toutefois, qu'une majorité de conseillers soit en faveur du projet, à une semaine du vote sur le plafond de vols et de passagers proposé par les fonctionnaires municipaux.

Porter, de son côté, multiplie les publicités à la radio et sur Internet depuis quelques semaines.

Opposition

Pour sa part, le groupe Transport Action Ontario, qui s'oppose au projet, fait valoir dans un nouveau rapport que les investissements gouvernementaux nécessaires pour l'agrandissement de l'aéroport des îles grugeraient les retombées économiques anticipées. « C'est trop cher, trop compliqué et trop dangereux », affirme le porte-parole du groupe Avrum Regenstreif.

Transport Action Ontario souligne aussi que l'aéroport Pearson sera accessible beaucoup plus rapidement à partir de 2015, grâce à un nouveau train qui le reliera à la gare Union du centre-ville.

Même le PDG d'Air Canada Calin Rovinescu a publié une lettre ouverte, affirmant que Billy Bishop était un « aéroport public entre les mains d'un exploitant privé, Porter Airlines ».

Air Canada se plaint de ne pas avoir suffisamment de créneaux de décollage et d'atterrissage à l'aéroport Billy Bishop. Le transporteur n'y offre présentement que des vols vers Montréal.

PLUS:rc