DIVERTISSEMENT

Remise des prix Jutra dimanche: Louis Cyr et Gabrielle partent favoris

23/03/2014 05:41 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT
Courtoisie

MONTRÉAL - Louis Cyr aurait-il été assez fort pour porter les neuf trophées que le film sur sa vie a remportés à la 16e Soirée des Jutra, dimanche soir?

«Louis Cyr : l'homme le plus fort du monde» a quasiment tout raflé sur son passage remportant neuf prix, dont celui du meilleur film, sur onze nominations. Non loin derrière, «Gabrielle», qui était le second favori de la soirée, a ravi cinq prix, dont celui de la meilleure actrice de soutien, remis à Mélissa Désormeaux-Poulin.

Le film a aussi été récompensé pour son montage, son scénario et a été reconnu pour s'être le plus illustré hors Québec. Finalement, la réalisatrice Louise Archambault a été couronnée pour son travail.

«Gabrielle (Marion-Rivard) et Alexandre (Landry), vous amenez la lumière et la vie à l'écran», a-t-elle affirmé lors de ses remerciements. Louise Archambault a ainsi battu Denis Côté, le duo Robert Lepage-Pedro Pires, Sébastien Pilote et Daniel Roby, réalisateur de Louis Cyr.

Ce dernier n'est sans doute pas reparti trop déçu. Antoine Bertrand et Guillaume Cyr ont récolté, respectivement, les titres de meilleur acteur et meilleur acteur de soutien.

«Le cinéma doit être riche et original et je pense que ça passe par des nouvelles faces», a déclaré Guillaume Cyr en remerciant le réalisateur Daniel Roby de lui avoir accordé une place dans son film.

Très ému, il a terminé son discours, la voix étranglée par l'émotion, demandant au public d'encourager le cinéma québécois en allant voir les films en salle plutôt que d'attendre leur sortie en DVD.

«Le jour où il va juste rester des Transformers dans nos salles, ça va être plate en sacrament!», s'est-il exclamé.

Mais c'est Antoine Bertrand qui a livré le discours le plus remarqué. Sacré meilleur acteur, il a servi des remerciements sentis et touchants. Si émouvants, en fait, que même l'animateur Laurent Paquin a dû demander l'aide de sa co-animatrice pour prononcer son texte de présentation. Antoine Bertrand a notamment remercié sa conjointe, la comédienne Catherine-Anne Toupin et sa mère.

«Louis Cyr tenait sa force de sa mère, moi aussi», a-t-il dit, la voix coupée par l'émotion tout en tendant son trophée vers le ciel.

De nombreuses publications sur le réseau Twitter ont immédiatement fait mention de la mort très récente de la mère d'Antoine Bertrand.

Selon un quotidien régional, Dyane Houde-Bertrand est décédée le 16 mars dernier et ses funérailles ont eu lieu dimanche après-midi à Granby, ville natale d'Antoine Bertrand, quelques heures à peine avant la cérémonie des Jutra.

Sont également montés sur le podium nombre de membres de l'équipe de production de «Louis Cyr...», soit Carmen Alie pour les costumes; Martin Lapointe pour la coiffure; Natalie Trépanier pour le maquillage; Stéphane Bergeron, Martin Pinsonnault et Simon Poudrette pour le son; et Michel Proulx et Marc Ricard pour la direction artistique. Le film a également reçu le Jutra du billet d'or Cineplex, remis au film ayant fait le plus d'entrées en salles.

Et les autres?

À eux deux, «Louis Cyr...» et «Gabrielle» ont raflé 14 prix, soit les deux tiers des 21 trophées remis lors du gala animé par Pénélope McQuade et Laurent Paquin. La loi des probabilités n'aura pas servi grand monde.

Malgré ses sept nominations, «Le Démantèlement» de Sébastien Pilote s'est contenté d'un seul prix, remis au directeur de la photographie, Michel La Veaux.

L'actrice Pierrette Robitaille a néanmoins gagné le prix de la meilleure actrice pour son rôle de Victoria dans «Vic + Flo ont vu un ours» de Denis Côté, seule victoire pour ce film qui était nommé dans quatre catégories.

Mme Robitaille a, tout comme son homologue masculin, remercié son conjoint.

«On les appelle 'les supporteurs'. Ils sont les gardiens de notre fragilité, puisque le métier ne nous permet pas cette fragilité.»

Elle a aussi salué avec sincérité le réalisateur du film duquel elle tenait la vedette.

«Je ne connais pas un acteur qui ne rêve pas de rencontrer son Denis Côté. C'est une chance que j'ai eue (...). Vive l'audace, vive le talent, vive la passion de Denis Côté.»

On aurait également pu espérer voir «Chasse au Godard d'Abbittibbi» d'Éric Morin remarqué. Le film mettant en vedette Sophie Desmarais («Sarah préfère la course» qui figurait parmi les absents notables de la liste de nominations) avait cinq nominations, mais est reparti bredouille.

«L'autre maison» de Mathieu Roy a connu le même sort, malgré ses trois nominations.

Joël Vaudreuil, illustrateur et également musicien dans le groupe montréalais Avec pas d'casque, a gagné le Jutra du meilleur court ou moyen métrage d'animation pour «Le courant faible de la rivière».

L'actrice et dorénavant réalisatrice Monia Chokri a été récompensée pour son court métrage de fiction «Quelqu'un d'extraordinaire».

Marie-Geneviève Chabot a été couronnée pour «En attendant le printemps», un documentaire sur quelques habitants de Chapais, une petite ville minière du Nord du Québec.

Micheline Lanctôt surprise

Le Prix Jutra-Hommage 2014 a été décerné à la comédienne, scénariste et réalisatrice Micheline Lanctôt. Patrick Huard a rendu un hommage sincère à son regard «perçant, intelligent».

La présence du réalisateur canadien Ted Kotcheff, pour qui Mme Lanctôt a joué dans son film «L'apprentissage de Duddy Kravitz», a grandement surpris et ému la lauréate.

«Quelle artiste, quelle voix, quelle cinéaste incroyable! J'ai voyagé de nombreuses heures pour être ici ce soir afin de rendre un hommage, si court soit-il, à une femme exceptionnelle. Micheline Lanctôt est l'une des personnes les plus talentueuses que j'ai rencontrées dans ma vie», a déclaré en français avec un fort accent le canadien d'origine bulgare.

Mme Lanctôt a notamment remercié ses deux enfants. «Le métier de cinéaste est un métier très accaparant. Si je vous ai manqué, vous m'avez aussi beaucoup manqué. Mais merci d'avoir été là parce que vous m'avez permis de garder mes pieds sur terre.»

Elle a aussi remercié ses étudiants de cinéma de l'université Concordia pour lui avoir offert «le privilège» de la faire réfléchir sur son métier.

Par ailleurs, l'une des ovations les plus touchantes de la soirée a été réservée à une personnalité qui n'était pas en nomination. En début de soirée, le prix du meilleur scénario a été présenté par Claude Robinson, que Laurent Paquin a présenté comme «l'homme le plus fort du monde», clin d'oeil au film «Louis Cyr...».

L'homme qui vient de remporter une bataille judiciaire d'une vingtaine d'années pour défendre la propriété intellectuelle de son oeuvre d'animation a été ovationné par le public.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le tapis rouge des Jutra 2014
Gala des Jutra 2014: Les nommés sont...