NOUVELLES

MH370: des débris au coeur des recherches dans les mers australes

23/03/2014 12:07 EDT | Actualisé 22/05/2014 05:12 EDT

De nouveaux objets ont été détectés par un satellite français aux confins des océans Indien et Austral, où une opération d'envergure a été lancée dimanche pour retrouver des débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines mystérieusement disparu depuis plus de deux semaines.

La Malaisie a annoncé dimanche avoir reçu des images satellite de la France montrant des objets flottants dans la principale zone de recherche, à 2.000-2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth.

Sur ces images, on voit "ce qui ressemble à des objets à proximité du couloir sud", zone possible d'une chute de l'avion, a indiqué le ministère malaisien des Transports dans un communiqué.

Ces images ont été transmises à l'Australie qui coordonne désormais les recherches et le ministère n'a pas fourni de précisions sur la taille, le nombre ni la localisation de ces objets flottants.

Les images s'ajoutent à celles détectées par satellite les 16 et 18 mars quelque part entre la pointe sud-ouest de l'Australie et l'Antarctique. Certains éléments ont été aperçus samedi par un appareil civil.

Il s'agit d'"un certain nombres d'objets proches les uns des autres dans la zone de recherche australienne" qui s'étend sur quelque 36.000 km2 dans une région parmi les plus inhospitalières de la planète, a indiqué le Premier ministre australien Tony Abbott.

"Il est encore trop tôt pour être certain, mais de toute évidence nous avons maintenant des signes très crédibles et il y a un espoir croissant, pas plus qu'un espoir, que nous sommes proches de savoir ce qu'il est advenu de l'avion," a-t-il dit.

L'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA) qui coordonne les recherches a confirmé "la première observation visuelle" intéressante dans la région depuis que des avions australiens, américains et néo-zélandais ont commencé leurs rotations jeudi.

Le coordinateur des opérations aériennes de l'AMSA, Mike Barton, a évoqué "une palette en bois et un certain nombre d'autres pièces indéfinies autour d'elle", notamment des sangles de différentes couleurs.

Les palettes de bois sont communes dans les cargaison des avions de passager et de fret.

Un P3-Orion de l'armée de l'Air australienne équipé d'instruments d'observation électro-optique a été envoyé samedi pour vérifier ces observations mais n'a vu que des "bouquets d'algues", a néanmoins souligné l'AMSA.

- Une armada aérienne et navale -

Huit avions civils et militaires ainsi que plusieurs navires marchands et bâtiments de la marine devaient ratisser dimanche un périmètre de quelques centaines de km2.

La Chine, dont 153 ressortissants se trouvaient à bord du Boeing 777, a annoncé l'envoi sur zone de sept navires et de deux Iliouchine IL-76, attendus lundi à Perth.

"Plus nous aurons d'avions, plus nous aurons de bateaux, plus nous serons à même de retrouver n'importe quel débris", a souligné le chef du gouvernement australien.

Pour les responsables des opérations, la priorité est de retrouver la "boîte noire" dès que possible car elle cesse d'émettre après 30 jours. Or le temps ne joue pas en faveur de la Malaisie et des 25 autres pays participants aux recherches.

"Les autorités savent que l'hiver approche dans les mers australes", relève Greg Waldron du magazine spécialisé Flightglobal. "Cela ne va pas arranger les choses dans une région où il est par nature compliqué d'effectuer des opérations de recherche".

- Pas de consensus sur le scénario -

Le vol MH370 assurant la liaison Kuala Lumpur-Pékin s'est volatilisé peu après son décollage le samedi 8 mars à 00H41 (16H41 GMT vendredi) avec 239 personnes à bord, dont deux tiers de Chinois et quatre Français.

A mi-chemin entre la Malaisie et le Vietnam, l'avion a changé de cap, vers l'ouest, à l'opposé de son plan de vol, et ses systèmes de communication ont été désactivés "de manière délibérée", selon les autorités malaisiennes. L'appareil a probablement volé plusieurs heures avant d'épuiser ses réserves de carburant.

Deux couloirs de recherche ont été délimités à partir de tous ces éléments, l'un au nord vers l'Asie centrale, l'autre s'étirant de l'Indonésie au sud de l'océan Indien. La zone de recherche australienne fait 59.000 km2.

La plupart des experts privilégient ce dernier couloir, estimant que l'avion n'aurait pu voler par exemple au-dessus de la Chine ou d'ex-républiques soviétiques sans être détecté.

En fonction des circonstances dans lesquelles l'avion sera retrouvé -- s'il est retrouvé --, établir avec certitude le scénario de sa perdition pourrait prendre des années.

La seule hypothèse écartée est celle d'une explosion en vol ayant désintégré l'appareil. Restent celles du détournement, d'un acte désespéré d'un ou des pilotes ou d'un événement ayant rendu les pilotes incapables de contrôler l'avion.

"Pour le moment il n'existe aucun consensus, que ce soit entre les experts du renseignement, de l'aéronautique ou les gouvernements, quant à ce qui s'est passé", indique Jonathan Galaviz du cabinet de conseil américain Global Market Advisors.

bur/gh/gab/pt/ml

PLUS:hp