NOUVELLES

Les 19 postes-frontières officiels de la Syrie avec ses voisins

23/03/2014 09:09 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT

Le point de passage de Kassab, théâtre de violents combats depuis vendredi entre rebelles et forces gouvernementales, est l'un des 19 postes-frontières officiels de la Syrie avec ses voisins, le Liban, la Jordanie, l'Irak et la Turquie.

Huit de ces postes-frontières sont contrôlés par le régime, quatre par les autonomistes kurdes, deux par les jihadistes radicaux de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et quatre par les rebelles, tandis que la situation à Kassab, tenu jusqu'ici par le régime, faisait l'objet d'informations contradictoires dimanche.

Avec la Turquie (9 postes-frontières):

- Kassab dans la province de Lattaquié (ouest) est le théâtre depuis vendredi de combats, des groupes islamistes, dont le Front al-Nosra, ayant lancé une attaque pour le prendre aux troupes gouvernementales. Informations contradictoires dimanche sur qui en a désormais le contrôle.

- Bab al-Hawa dans la province d'Idleb (nord-ouest), sous contrôle de groupes rebelles, dont le Front islamiste.

- Bab al-Salama dans la ville d'Azaz, dans la province d'Alep, qui est sous le contrôle de bataillons rebelles.

- Jarablus dans la province d'Alep (nord), tenu par l'EIIL.

- Tal-Abiad, tenu par l'EIIL qui contrôle toute la province de Raqa (nord).

- Aïn al-Arab, dans la province d'Alep (nord), tenu par des combattants kurdes.

- Ras al-Aïn dans la province de Hassaké (nord-est): fut le théâtre de violents combats à l'été 2013 entre l'EIIL et des combattants kurdes, avant que ces derniers n'expulsent les jihadistes du poste-frontière et de la ville de Ras al-Aïn.

- Qamichli-Nassibine: seul point de passage de la province de Hassaké aux mains des forces gouvernementales. Il a été néanmoins fermé par les autorités turques qui refusent tout contact avec le régime.

- Aïn-Diwar dans la province de Hassaké: contrôlé par les combattants kurdes.

Avec l'Irak (trois postes-frontières):

- Yaaroubiyé dans la province de Hassaké: contrôlé par les combattants kurdes. Du côté irakien, son nom est Rabia.

- Boukamal dans la province de Deir Ezzor (est): sous contrôle du Front al-Nosra et d'autres combattants de l'opposition. Ces derniers ont pris de larges zones de la province de Deir Ezzor où se trouvent les principaux puits de pétrole syriens. Du côté irakien, le poste s'appelle al-Qaïm.

- Al-Tanaf, au sud de Deir Ezzor, unique point de passage avec l'Irak resté aux mains des forces gouvernementales. Du côté irakien, le poste s'appelle al-Walid.

Avec la Jordanie (deux postes-frontières):

- Nassib dans le gouvernorat de Deraa (sud), sous contrôle des forces gouvernementales. Du côté jordanien, le poste se nomme Jaber.

- Ancienne douane de Deraa, pris par le Front al-Nosra et d'autres brigades islamistes en octobre 2013. Du côté jordanien, le poste s'appelle al-Ramtha.

Avec le Liban (cinq postes-frontières):

Les cinq postes-frontières entre la Syrie et le Liban (dans les gouvernorats de Damas et de Homs) sont contrôlés par les forces gouvernementales:

- Jdaïdet-Yabous et du côté libanais Masnaa.

- Daboussiyé et du côté libanais Abboudiyé.

- Joussié et du côté libanais al-Qaa.

- Tal-Kalakh et Bouqueiya du côté libanais.

- Tartous et al-Arida du côté libanais.

Avec Israël:

Pas de poste-frontière entre la Syrie et Israël, officiellement en état de guerre. Israël occupe une partie du plateau du Golan depuis 1967.

La frontière maritime: tous les ports sont aux mains du régime.

rd/rm-sk/cco

PLUS:hp