NOUVELLES

La Sierra Leone fait ses adieux à son ancien président Tejan Kabbah

23/03/2014 02:03 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT

Des milliers de Sierra-Léonais ont rendu hommage dimanche dans le grand stade national et sous un soleil tropical à leur ancien président Ahmad Tejan Kabbah décédé jeudi à Freetown.

Ahmad Tejan Kabbah, qui a dirigé son pays pendant les années difficiles d'une guerre civile meurtrière, est généralement crédité d'avoir ramené la paix dans sa nation d'Afrique de l'Ouest. Il s'est éteint chez lui le 13 mars, à l'âge de 82 ans à la suite d'une longue maladie.

L'assistance, habillée de noir en costumes occidentaux ou en robes africaines traditionnelles, agitait des drapeaux, entonnait des hymnes chrétiens et écoutait des extraits du coran dans une cérémonie oecuménique pour accompagner dans sa dernière demeure le premier chef d'Etat musulman du pays depuis l'indépendance de la Sierra-Leone en 1961.

"Nous rendons hommage à un homme qui l'a amplement mérité (...) Il était un grand Sierra-Léonais, un homme qui s'est tenu debout à des moments critiques de l'histoire de notre pays", a déclaré l'actuel chef de l'Etat Ernest Bai Koroma, vêtu d'une longue robe noire traditionnelle.

Au cours de la cérémonie qui a duré trois heures et à laquelle ont assisté des diplomates de Guinée, du Nigeria, d'Iran et du Liberia, des discours ont salué en M. Kabbah "un homme de paix", "un grand homme d'Etat" et un "architecte du développement de la Sierra Leone".

Le cercueil de l'ancien chef d'Etat a été conduit en cortège au cimetière de Freetown, suivi le long des rues par des milliers de personnes agitant des mouchoirs blancs.

Quelques-unes, très éplorées, éclataient en sanglots au passage du cercueil recouvert du drapeau national vert, blanc et bleu qui a été enterré dans le caveau de la mère de M. Kabbah.

Ahmad Tejan Kabbah avait quitté le pouvoir en 2007, après deux mandats à la tête de la Sierra Leone qui a été ruinée par une décennie de guerre civile (1991-2002) ayant fait environ 120.000 morts et des milliers de civils mutilés.

rmj/ft/aub/sd

PLUS:hp