POLITIQUE

«C'est mon parti maintenant», dit Philippe Couillard

22/03/2014 09:22 EDT | Actualisé 23/05/2014 05:12 EDT
PC

Le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, soutient avoir fait les changements nécessaires pour pouvoir tourner la page sur les allégations de corruption qui planent sur sa formation politique.

Un texte de Mylène Crête Twitter Courriel

En entrevue aux Coulisses du pouvoir, il se distancie de l'ère Charest en affirmant que son parti entre dans une autre époque. Il note que le PLQ s'est doté d'un nouveau code d'éthique sous sa gouverne, qu'il a recruté de nouveaux candidats de haut calibre et que la réforme du parti se poursuivra l'automne prochain lors du Congrès des membres.

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a remis en question l'intégrité du PLQ samedi en associant Philippe Couillard à la corruption. La permanence du PLQ a fait l'objet d'une perquisition de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) en juillet dernier. La conclusion de cette enquête est toujours inconnue, tout comme celle de la commission Charbonneau qui fait relâche durant la campagne électorale.

Philippe Couillard affirme qu'il n'aura aucune tolérance si des allégations s'avèrent fondées et estime que le PLQ ne sera pas le seul parti touché par les conclusions de la commission Charbonneau.

« On assumera les responsabilités, mais on se demandera à chaque fois est-ce que cette pratique existe encore, est-elle possible, est-ce que les personnes mises en cause sont encore en position d'autorité au parti ? Je crois fermement actuellement que la réponse sera non. »

Il dit également avoir « profondément » renouvelé son équipe, notamment avec les candidatures de Carlos Leitao, Jacques Daoust et Martin Coiteux, qui forment son équipe économique, et celles de David Heurtel, Hélène David et François Blais.

L'entrevue avec Philippe Couillard sera diffusée à l'émission Les Coulisses du pouvoir dimanche à 11h sur Ici Radio-Canada Télé.

INOLTRE SU HUFFPOST

La campagne électorale en images