NOUVELLES

La France soupçonnnée d'espionner le Canada

21/03/2014 12:14 EDT | Actualisé 22/05/2014 05:12 EDT
Shutterstock / EDHAR

Les services de renseignement français sont soupçonnés par le Canada d'espionnage informatique dans une série de pays alliés. Un média francophone canadien a également été sous surveillance, rapporte le quotidien Le Monde.

Selon un document secret du Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CSTC) coulé par l'ex-analyste américain de la NSA Edward Snowden, les services secrets canadiens ont détecté en novembre 2009 la présence d'un implant informatique baptisé « Babar » au Canada, en Grèce, en Espagne, en Norvège, en Côte d'Ivoire et en Algérie.

Bien connu dans la littérature et la télévision francophones, Babar est le nom d'un éléphant, principal héros d'une série d'histoires pour enfants.
Selon le document obtenu par Le Monde, le renseignement canadien estime, « avec un degré modéré de certitude », qu'il s'agirait d'une opération secrète du renseignement français.

D'après le CSTC, « Babar » permettrait de pirater et d'espionner des échanges de courriels.

Le document secret qui date de 2011 révèle qu'à l'origine, « Babar », dont l'auteur serait un certain « titi », servait à espionner une demi-douzaine d'institutions iraniennes liées au programme nucléaire du pays.

*Photo extraite du site du quotidien Le Monde

Un média canadien francophone sous surveillance

Mais le CSTC aurait découvert plus tard la présence de « Babar » dans de nombreux pays qui n'ont aucun rapport avec le programme nucléaire iranien, dont le Canada.
« Babar » aurait également été utilisé pour espionner « un média canadien francophone » dont le nom n'est pas précisé dans le document.

La trace de ce logiciel espion aurait aussi été détectée en France, ce qui pourrait placer les services de renseignement français dans une position délicate. Ces derniers ne devant pas espionner des institutions sur leur propre territoire.

L'Information partagée par le Canada

Le document ultra-secret obtenu par Le Monde a été partagé par le Canada avec les quatre autres pays membres de l'alliance des « Five-Eyes » soit les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie, et la Nouvelle-Zélande.

C'est à la suite de son partage avec l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) que l'analyste Edward Snowden aurait pris connaissance de ce document.

D'après les analystes canadiens qui ont rédigé le rapport, la présence de « Babar » en Algérie et en Côte-d'Ivoire renforcent la thèse d'une opération française en raison du fait qu'il s'agit de deux ex-colonies de la France.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM