DIVERTISSEMENT

32e FIFA : 5 films à voir ce week-end

22/03/2014 08:45 EDT | Actualisé 22/03/2014 08:48 EDT
courtoisie

C’est parti pour la 32e édition du festival international du film sur l’art dont le coup d’envoi a été donné jeudi. L’événement qui se poursuit jusqu’au 30 mars propose une foule de découvertes. De son côté, Le Huffington Post Québec vous suggère 5 films à voir ce week-end.

1 – LES ÉTATS INVENTÉS D’AMÉRIQUE

Fasciné depuis l’enfance par les États-Unis, le photographe canadien Pierre Guimond (né à Montréal en 1945) entreprend, en 1998, d’explorer ce pays hors du commun. Son périple s’échelonnera sur 10 ans et se soldera par une cueillette de plus de 18 000 photographies. Les photomontages et les maquettes du film sont essentiellement constitués à partir de cette collection.

Au cours de ses voyages, Pierre Guimond s’est aussi attardé à écouter les sons et les voix des gens qu’il rencontrait. Murmures, clameurs, musiques, ambiances urbaines et accents régionaux constituent le paysage sonore d’une Amérique inventée pour le film.

Le samedi 22 mars, à 21 h, Grande bibliothèque – Auditorium

2 – ÉDITH PIAF AMOUREUSE

La vie d’Édith Piaf a été marquée par ses relations avec les hommes, dont certains ont inspiré son œuvre. À l’occasion des 50 ans de sa mort, évocation des liaisons tumultueuses de l’artiste. Ils sont une quinzaine d’hommes, dont Raymond Asso, Paul Meurisse, Yves Montand, Marcel Cerdan, Georges Moustaki ou bien encore Théo Sarapo, pour ne citer que les plus célèbres, à avoir traversé sa vie et à lui avoir inspiré ses plus beaux textes, comme «L’hymne à l’amour» ou «C’est un monsieur très distingué».

Véritable roman d’une vie, le film mêle photos, images d’archives et la lecture des lettres qu’Édith Piaf a envoyées tout au long de sa vie à Jacques Bourgeat, son ami et confident.

Le samedi 29 mars, 13h30, Cinémathèque québécoise – Salle Claude-Jutra

3 – JACQUES BREL, DERNIÈRE LIGNE DROITE AUX MARQUISES

Octobre 1966. Sur la scène de l’Olympia, Jacques Brel salue ses fans pour la dernière fois. Il arrête le tour de chant. Le cœur n’y est plus, il veut se tourner vers d’autres horizons. S’ouvre alors une nouvelle page dans la vie du Grand Jacques : celle de la comédie musicale, du cinéma, celle surtout du grand départ sur son voilier, l’Askoy, qui le mènera au bout de sa route, aux Marquises.

En octobre 1978, 12 ans après l’Olympia, Brel fait à nouveau ses adieux pour toujours. Il décède des suites d’un cancer à Paris. À travers les témoignages de ses proches et des archives rares, le film propose de découvrir l’homme dans les dernières années de sa vie.

Le samedi 22 mars, 13h30, Place des arts – Cinquième salle

Le jeudi 27 mars, 21 h, Cinémathèque québécoise – Salle Claude-Jutra

4 – OFF GROUND

Une pièce nue, une table et deux chaises. Un jeu entre une mère et son petit garçon. Inextricablement liés dans un flux continu de mouvements, ils ne perdent jamais le contact. Jeux de mains, bruit de pieds. Respiration. Sourires las. Deuxième temps: le corps de la mère décline. Ses mains lâchent prise, elle se détache, comme en apesanteur, et disparaît dans l’eau.

Fruit d’une collaboration entre le mimographe et chorégraphe Jakop Ahlbom et le réalisateur Boudewijn Koole, le film observe la transition d’un état de conscience à un autre, et explore la dualité entre la vie et la mort, le corps et l’esprit, la réalité et l’imagination.

Le samedi 22 mars, 18h30, Cinémathèque québécoise – Salle Claude-Jutra

Le vendredi 28 mars, 21 h, UQAM – Salle 1

5 – LE CRI D’ARMAND VAILLANCOURT

À la rencontre d’un peintre et sculpteur qui a marqué l’histoire du Québec en faisant de sa vie une œuvre. Armand Vaillancourt (né en 1929) s’est tourné vers la création comme forme d’expression et d’engagement social et politique. Enrichi des commentaires du sociologue et critique d’art Guy Durand, d’images d’archives et de scènes bucoliques de la Gaspésie, le film revient sur sa vie tumultueuse, de son enfance à la campagne pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à ses projets actuels, en passant par les années 1950 où il s’est ingénié à revivifier la sculpture par ses performances publiques. Ce militant dans l’âme ne rate jamais une occasion de causer la controverse pour faire passer son message.

Le dimanche 23 mars, 16 h, Places des arts – Cinquième salle

Le samedi 29 mars, 18h30, Musée d’art contemporain – Salle Beverley Webster Rolph

Information sur la programmation : www.artfifa.com

INOLTRE SU HUFFPOST

32e FIFA : 5 films à voir ce week-end