NOUVELLES

Trois partis à la conquête de Laurier-Dorion

21/03/2014 05:58 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Le Parti québécois et Québec solidaire estiment tous deux avoir de bonnes chances de ravir au Parti libéral la circonscription très multiethnique de Laurier-Dorion, qui regroupe les quartiers Villeray et Parc-Extension à Montréal.

Le libéral Gerry Sklavounos avait été élu avec quelque 2000 voix de majorité sur son adversaire péquiste en 2012, tandis que Québec solidaire avait obtenu presque 25 % des voix dans cette circonscription, l'une de ses meilleures performances au Québec.

Le candidat de Québec solidaire dans Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla, est aussi le président et co-porte-parole de la formation. Pour convaincre les électeurs de voter pour lui, M. Fontecilla parle de logements sociaux, déplore le chômage très élevé dans plusieurs communautés ethniques et dénonce le projet de charte des valeurs du Parti québécois.

« Ce n'est pas parce qu'une femme porte un voile qu'elle est une ayatollah ou une intégriste musulmane. C'est une façon différente d'approcher la religion, c'est un rapport différent de la religion. La communauté musulmane se sent discriminée, incomprise et, surtout, elle se sent exclue, ce n'est pas comme ça qu'on va faire un pays », dit-il.

Quant au candidat du Parti québécois, il s'agit de Pierre Céré, l'ancien porte-parole du Conseil national des chômeurs. Plus à gauche que la dernière recrue vedette du parti, Pierre Karl Péladeau, M. Céré dit qu'il se permettra parfois de critiquer le millionnaire, « comme lui, parfois, se permettra de me critiquer, parce qu'il me trouvera trop à gauche », dit-il. « C'est comme cela, la liberté de parole et le débat démocratique. »

En dépit des ambitions du PQ et de QS, le candidat libéral n'est pas prêt à leur laisser la circonscription. Gerry Sklouvanos fait campagne pour sa réélection en s'engageant, par exemple, à améliorer les services de santé aux immigrants s'il est élu.

« Les gens éprouvent des difficultés au niveau de la famille, de l'anxiété, de la dépression également. Le choc culturel peut être énorme », dit-il.

Le Parti libéral a perdu une seule fois depuis 20 ans dans Laurier-Dorion. Elsie Lefebvre, du Parti québécois, avait remporté une élection partielle avec quelque 500 voix de majorité en 2004.

PLUS:rc