NOUVELLES

Les chefs persuadés d'avoir bien communiqué leur message

21/03/2014 08:07 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

À l'issue du débat de jeudi soir, les quatre chefs de partis se sont dits satisfaits. La chef péquiste estime notamment qu'elle a bien expliqué aux électeurs qu'elle ne tiendrait pas de référendum tant que les Québécois ne seraient pas prêts.

Pauline Marois a précisé que pour le moment, son équipe voulait se concentrer sur la création d'emplois et l'adoption de la Charte de la laïcité.

De son côté le chef libéral Philippe Couillard a qualifié « d'intense » sa première expérience de débat, mais il croit avoir fait la preuve que son parti veut se consacrer au développement de l'économie et à la création d'emploi. M. Couillard espère aussi avoir démontré aux électeurs que sa rivale péquiste était incapable de dire clairement qu'elle renonçait à tenir un référendum.

Le chef caquiste, lui, est convaincu que ce débat donnera un nouvel élan à sa formation. Il admet d'ailleurs qu'elle en a besoin, selon les plus récents sondages. François Legault estime que la portion du débat qui portait sur l'économie lui a permis de se démarquer grâce à son expérience dans le monde des affaires, ce qui devrait, croit-il, se traduire par une augmentation des intentions de vote pour la CAQ.

Enfin, la députée de Québec solidaire Françoise David affirme qu'elle a réussi à démontrer que son parti se démarque considérablementdes trois autres et qu'il est la solution pour tous les électeurs qui pensent que l'avenir du Québec passe par l'innovation et les énergies vertes plutôt que par l'exploration pétrolière.

Françoise David s'est également félicitée du ton respectueux qui a prévalu tout au long du débat entre elle et ses adversaires.

PLUS:rc