NOUVELLES

Le Suédois accusé d'être un tueur en série va demander réparation

21/03/2014 06:28 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Le Suédois longtemps considéré comme le tueur en série le plus célèbre de Scandinavie, libéré mercredi après plus de 20 ans d'internement psychiatrique, a annoncé qu'il allait demander des dédommagements.

Il a indiqué vendredi dans un entretien par mail avec l'AFP que son avocat préparait le dépôt d'une plainte en vue d'obtenir des dédommagements, au surlendemain de sa libération, huit mois après avoir été acquitté.

"Ce qui s'est passé est regrettable, il s'agit de huit cas de verdict pour meurtre, c'est quelque chose qui n'aurait pas dû se produire", a-t-il indiqué.

"La justice suédoise a été naïve... Il est très effrayant que j'aie pu être condamné -- et cela pose bien sûr la question de savoir combien de personnes innocentes ont été condamnées", a-t-il ajouté.

Sture Bergwall, 64 ans, qui se faisait appeler auparavant Thomas Quick, avait avoué plus de vingt meurtres au début des années 90 et avait écopé d'une peine de prison à perpétuité pour huit d'entre eux. Puis, il avait été placé sous tutelle psychiatrique à Säter (centre) à partir de 1991.

Plus tard, il a été innocenté de tous ces meurtres, faute de preuves. Il est aussi apparu qu'il suivait un lourd traitement médicamenteux au moment des aveux et qu'il avait avoué les faits afin d'obtenir davantage de médicaments et d'être reconnu.

Après avoir recouvré sa liberté, Sture Bergwall a indiqué qu'il comptait passer son temps à marcher dans la campagne et à écrire un nouveau livre, la suite de son ouvrage "'Thomas Quick est mort" publié en 2009, une référence à la phrase par laquelle il a signifié en 2008 qu'il retirait ses aveux et renonçait à prétendre qu'il était un tueur en série.

Le tribunal à l'origine de sa libération a estimé qu'il souffrait toujours de troubles de la personnalité mais pas au point d'être retenu en détention.

"Le médecin en chef et toute l'unité psychiatrique luttent pour préserver leur réputation. Ils ont réussi à me boucler année après année et maintenant ils n'hésitent pas à s'accrocher à un diagnostic faux que d'autres ont totalement rejeté", a écrit Sture Bergwall.

Les condamnations à l'encontre de l'ancien détenu sont considérées comme la plus grande erreur judiciaire récente en Suède à cause de la rapidité avec laquelle il avait été jugé coupable de huit meurtres commis entre 1976 et 1988.

Au cours de sa consultation psychologique, suite à une condamnation pour vol à main armée, il avait avoué les huit meurtres ainsi qu'une vingtaine d'autres en Suède, en Norvège et en Finlande, pour lesquels il n'a pas été jugé.

ts/ih/bir

PLUS:hp