NOUVELLES

Athlétisme: ouverture d'une enquête en Ouganda sur des accusations de harcèlement et abus sexuels

21/03/2014 11:58 EDT | Actualisé 21/05/2014 05:12 EDT

Les autorités ougandaises ont ordonné l'ouverture d'une enquête policière après que des athlètes se sont plaintes d'avoir été harcelées et abusées sexuellement par un entraîneur national, annonce la presse vendredi.

Sam Cheptoris, un représentant du gouvernement ougandais, a affirmé au Daily Monitor que l'entraîneur, dont l'identité n'a pas été révélée, avait été suspendu, et qu'il avait été ordonné à la police d'ouvrir une enquête.

M. Cheptoris a précisé que les accusations des athlètes, révélées jeudi par le même quotidien, étaient avérées après l'audition d'une douzaine d'entre elles.

Des athlètes ougandaises avaient accusé un entraîneur national de les avoir harcelées et abusés sexuellement dans le cadre de leur préparation aux Championnats d'Afrique de cross-country, organisés dimanche dernier à Kampala.

Selon le Daily Monitor, ces athlètes ont passé un mois dans un camp d'entraînement, au cours duquel elles ont affirmé avoir reçu des visites nocturnes d'un de leurs entraîneurs venu exiger leurs faveurs.

Moses Kipsiro, le capitaine de l'équipe d'Ouganda, s'était déclaré "choqué" et "honteux" des propos prêtés à cet entraîneur, qui aurait affirmé à certaines athlètes que pour courir vite, "elles devaient avoir une activité sexuelle ou être mères".

"Nous espérons que justice soit faite", affirme au même quotidien l'une des athlètes plaignantes, "déçue" de l'attitude de la Fédération ougandaise d'athlétisme (UAF) après la plainte qu'avaient déposée les athlètes auprès de cette instance.

La secrétaire générale de l'UAF, Beatrice Ayikoru, avait alors qualifiée leurs accusations de "fausses".

bur-sas/gnf/chc/dhe

PLUS:hp