NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse, peinant à déchiffrer le message de Janet Yellen

20/03/2014 10:03 EDT | Actualisé 20/05/2014 05:12 EDT

Wall Street s'affichait en baisse à l'ouverture jeudi, continuant à digérer les propos de la présidente de la banque centrale américaine qui ouvrent la possibilité d'un relèvement des taux d'intérêt plus tôt que prévu: le Dow Jones cédait 0,35% et le Nasdaq 0,45%.

Vers 13H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average lâchait 57,09 points, à 16.165,08 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 19,47 points à 4.288,13 points.

Le S&P 500 reculait de 0,31% (-5,70 points) à 1.855,07 points.

La Bourse de New York avait terminé déjà dans le rouge mercredi, plombée par les commentaires de Janet Yellen sur les actions à venir de la Réserve fédérale: le Dow Jones avait perdu 0,70% à 16.222,17 points et le Nasdaq 0,59% à 4.307,60 points.

"Le marché des actions, aux prises avec la Fed, continue de voir rouge", observaient les analystes de Charles Schwab.

Les investisseurs "tentent d'évaluer la position" de l'institution après les déclarations de Janet Yellen, lors de la conférence de presse marquant la fin de la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed, "suggérant que les taux d'intérêt pourraient remonter plus tôt que certains avaient anticipé", expliquaient-ils.

Mme Yellen a en effet indiqué qu'il pourrait être nécessaire de remonter les taux d'intérêt "environ six mois" après la fin des dernières injections de liquidités de la Fed dans le système financier. Selon ce que décide l'institution sur le rythme du ralentissement de ce soutien monétaire, cela pourrait signifier que la hausse des taux interviendrait dès avril 2015.

"Le marché semble avoir complètement occulté le fait que (Mme Yellen) a souligné que cette action dépendrait de l'environnement économique", relevait Patrick O'Hare de Briefing.com. "Le marché a juste entendu +six mois+ et s'est emballé".

Des taux d'intérêt plus élevés tendent à peser sur l'appétit des courtiers pour les actions car il renchérit le coût du crédit et rend plus attractifs les produits d'investissement à revenu fixe.

Mais pour Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management, la réaction du marché reflète surtout "une certaine nervosité".

"On est proche des niveaux records, les indices ont beaucoup progressé lundi et mardi sans justification particulière, il suffisait de pas grand chose pour effacer les gains du début de la semaine", estimait-il.

Le marché obligataire, qui avait fortement baissé mercredi, évoluait sur une note contrastée. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans augmentait à 2,775% contre 2,772% mercredi soir, et celui à 30 ans reculait à 3,659% contre 3,670% à la précédente clôture.

jum/sl/are

PLUS:hp