NOUVELLES

Sanctions: Moscou envisage des réponses auxquelles Washington ne sera pas "indifférent" (MAE)

20/03/2014 05:09 EDT | Actualisé 19/05/2014 05:12 EDT

La Russie va répondre aux sanctions des Etats-Unis par des mesures réciproques mais qui pourraient aussi être "asymétriques" et ne pas laisser Washington "indifférent", a déclaré jeudi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

"Si à Washington l'emporte la ligne qui consiste à attiser la confrontation, à essayer de nous dicter quelque chose en se servant de sanctions, nous ne nous limiterons sans doute pas de notre côté à des sanctions ciblées, qui ne viseraient que quelques individus", a averti Sergueï Riabkov, cité par l'agence de presse russe Interfax.

"Nous envisageons un large éventail d'options", a-t-il déclaré. "Ce peut être des mesures réciproques, concernant des listes de responsables officiels américains (...) mais nous avons aussi la possibilité d'adopter des mesures asymétriques", a-t-il ajouté.

Il peut s'agir de mesures qui "ne laisseront pas indifférent à Washington car il y a tout une série de domaines de dialogue et de contacts, dans une certaine de mesure de coopération, qui ont de l'importance pour la partie américaine", a encore déclaré le vice-ministre.

M. Riabkov, qui s'exprimait depuis Vienne où se déroulent actuellement des négociations entre les grandes puissances et l'Iran sur le programme nucléaire de Téhéran, a notamment laissé entendre mercredi que la crise pourrait avoir des répercussions sur la position de Moscou dans ce dossier.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également émis mercredi une déclaration offensive à l'égard des Etats-Unis sur le dossier syrien, affirmant que Washington renonçait de facto à son rôle de "co-sponsor" d'un règlement politique en fermant la représentation diplomatique de Damas sur son sol.

L'administration américaine a adopté lundi des sanctions ciblées contre onze responsables russes et ukrainiens pro-russes, dont sept proches du président Vladimir Poutine.

Le département d'Etat a cependant ajouté mercredi que la question n'était pas de savoir si les Etats-Unis allaient renforcer ces sanctions mais "quand" elle allait le faire, après le rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie.

all/lpt/fw

PLUS:hp